Les premières caisses de Vodkalight — le plus récent produit de la distillerie Artist in Residence (AiR) — ont été reçues dans certaines succursales SAQ de Gatineau mardi dernier.

Une vodka gatinoise arrive sur les tablettes

Un nouveau produit gatinois est sur le point de trouver sa place sur les tablettes de la Société des alcools du Québec (SAQ).

Vodkalight, le plus récent produit de la distillerie Artist in Residence (AiR), est fin prêt à être partagé avec les amateurs de spiritueux.

À la fondation de l’entreprise, l’objectif principal était de produire cette vodka « légère », moins de calories et teneur en alcool plus faible que la majorité des produits sur le marché. C’est finalement le Waxwing Gin, lancé au début de l’été, qui aura été le premier à prendre son envol.

Malgré tout, Vodkalight sera disponible un peu plus tôt que prévu à la SAQ. Le président d’AiR, Pierre Mantha, s’attendait à ce que la vodka fasse son apparition le 27 septembre, mais les premières caisses ont été reçues par des succursales gatinoises de la SAQ mardi.

Pat Chartrand, Pierre Mantha et Joanie Benoit de la distillerie Artist in Residence, avec leur Vodkalight.

Les autres emplacements de la région, et quelques autres à Montréal, recevront des bouteilles jeudi. Vendredi au plus tard, ces succursales devraient trouver une place sur leurs tablettes, selon M. Mantha. Ce dernier espère d’ailleurs un accueil chaleureux, comme ce fût le cas pour le Waxwing Gin.

« Ce qui est le fun, c’est que l’Outaouais nous supporte, s’enthousiasme le président d’AiR. Je suis pas mal fier de ça. Les gens ne se souviennent même pas du nom, mais ils vont à la SAQ et ils demandent où il est le gin de Gatineau. »

Léger et lumière

L’ajout de « light » après « Vodka » a deux significations pour AiR, souligne Pierre Mantha. Il s’agit d’un produit «léger» avec 25% moins de calories et de teneur en alcool que la moyenne des spiritueux similaires.

Dans une once de vodka, il y a généralement entre 65 et 80 calories, alors qu’il n’y en a que 50 dans Vodkalight, explique M. Mantha. Le liquide contient également 30% d’alcool, plutôt que 40% pour la majorité des vodkas commercialisées. Les céliaques se réjouiront d’apprendre que Vodkalight, produit à base de maïs local, est aussi sans gluten.

« Dans le fond, j’ai fait une vodka pour moi! J’ai 50 ans, j’essaie de faire attention à ce que je mange. Je suis un gars qui ne boit pas. Je prends un verre et je suis saoul et j’ai peur de prendre ma voiture. Avec ça, je peux prendre deux verres, le temps d’un 5 à 7. [...] Dans une soirée, tu ne veux pas rester sur le même cocktail pendant deux ou trois heures. »

« Light » signifie également « lumière ». Les distillateurs d’AiR qui se sont inspirés d’un oiseau pour le Waxwing Gin, cette fois-ci, avaient des feux d’artifice en tête durant le développement du produit.

AiR prévoit aussi le lancement d’une liqueur de gingembre plus tard cet automne et d’un rye au courant de l’hiver.