Le chantier municipal du chemin Pink, comme une vingtaine d’autres sur le territoire gatinois, reprendra à compter de lundi.
Le chantier municipal du chemin Pink, comme une vingtaine d’autres sur le territoire gatinois, reprendra à compter de lundi.

Une vingtaine de chantiers municipaux rouvriront lundi à Gatineau

Le déconfinement deviendra une réalité, lundi, alors que l’industrie de la construction sera autorisée à reprendre ses activités. À Gatineau, une vingtaine de chantiers municipaux reprendront vie, a annoncé le président du comité exécutif, Cédric Tessier.

Certains de ces chantiers étaient encore en phase de démarrage lorsqu’ils ont été fermés par les autorités en mars, alors que d’autres étaient bien entamés. C’est le cas, entre autres, des travaux d’élargissement du chemin Pink, entre le chemin de la Montage et le boulevard des Grives, et des travaux de réaménagement du cœur du centre-ville.

M. Tessier précise que dans le cas du centre-ville, le calendrier des travaux a été modifié.

« Ça devait commencer ce printemps dans la partie résidentielle pour ensuite se poursuivre dans la partie commerciale, explique-t-il. Il a été décidé d’inverser ça et de commencer par le secteur commercial étant donné que bien des commerces du centre-ville demeureront fermés pour encore un moment. »

Parmi les autres chantiers qui reprendront leurs activités, il y a ceux de la bibliothèque Donalda-Charron dans le Plateau et celui du Pavillon du parc des Cèdres, à Aylmer.

Dans les deux cas, les travaux devraient être terminés dans les prochaines semaines. La reconstruction du pont Brabant-Philippe qui a été incendié par des vandales il y a deux ans pourra aussi s’amorcer dès cette semaine.

Plusieurs autres chantiers dans des édifices municipaux reprendront aussi vie dans les prochains jours.

Le porte-parole de l’Association de la construction du Québec (ACQ) Guillaume Houle soutient que la majorité des chantiers de construction pourront reprendre lundi, mais que dans certains cas ça pourrait devoir attendre encore quelques jours.

« La première chose que les entrepreneurs auront à faire en arrivant lundi, si ce n’est pas déjà fait, c’est de mettre en place les différentes mesures d’hygiène, dit-il. Aucun employé ne sera autorisé à entrer sur un chantier tant que toutes les mesures n’auront pas été déployées. Les gestionnaires des chantiers devront aussi prendre le temps de discuter avec les travailleurs des nouvelles façons de fonctionner. »

Ainsi, des lavabos devront être installés. Des mesures pour assurer le respect des deux mètres de distance entre les travailleurs devront aussi être implantées.

Plusieurs chantiers reprendront vie dans les prochains jours.

Dans les cas où les directives de distanciation sociale devaient être impossibles à respecter, les travailleurs devront impérativement porter des équipements de protection, à savoir des lunettes protectrices, un masque de procédure ou si ce n’est pas possible, une visière.

L’ACQ dit être encore en attente de directive claire quant à la possibilité pour les travailleurs de troquer le masque de procédure pour un couvre-visage fait maison.

« Les travailleurs devront signer une déclaration précisant qu’ils ne présentent aucun symptôme de la COVID-19 avant d’intégrer le chantier et il reviendra aux entrepreneurs de fournir les équipements de protection sanitaire aux employés », précise M. Houle.

L’ACQ dit ne pas s’attendre à ce que 100 % des travailleurs de la construction puissent reprendre le boulot dès lundi.

Plusieurs d’entre eux pourraient rencontrer des enjeux liés à des places en garderie ou à l’école, alors que d’autres qui présenteraient des symptômes resteront à la maison.

La Ville de Gatineau précise qu’elle s’assurera de l’application des directives provinciales relatives à la COVID-19 sur ses chantiers.