«Le gouvernement fédéral commence à ouvrir les yeux à certaines des inquiétudes que les chefs d’entreprises font valoir en ce qui a trait à la nécessité d’un cadre sur les données», affirme Benjamin Bergen, directeur général du Conseil des innovateurs canadiens.

Une stratégie canadienne attendue impatiemment

Des leaders du secteur technologique pressent le gouvernement libéral fédéral de s’attaquer sérieusement aux bénéfices potentiels de l’une des prochaines grandes avenues de la révolution des technologies de l’information: les données massives.

Des chefs d’entreprises canadiens et des universitaires exhortent depuis des mois le gouvernement fédéral à mettre en place une stratégie canadienne pour tirer profit d’un secteur en effervescence qui pourrait permettre, selon ses partisans, tout autant de stimuler la croissance économique que d’améliorer par exemple le réseau de la santé.

Et les appels insistants – dans des rencontres avec le gouvernement de l’Ontario et de hauts responsables fédéraux, notamment lors d’une récente table ronde à Ottawa – commencent à porter leurs fruits, estime Benjamin Bergen, directeur général du Conseil des innovateurs canadiens.

« Nous commençons à voir des conversations fructueuses avec les gouvernements. Je crois que le gouvernement fédéral commence à ouvrir les yeux à certaines des inquiétudes que les chefs d’entreprises font valoir en ce qui a trait à la nécessité d’un cadre sur les données », a affirmé M. Bergen, dont le groupe est présidé par l’ancien co-chef de la direction de Research in Motion Jim Balsillie.

Des technologies en rapide expansion comme l’intelligence artificielle dépendent de grandes quantités de données de haute qualité et de l’expertise pour les analyser et les utiliser adéquatement. Les bénéfices potentiels se retrouvent dans de nombreux secteurs, allant de l’optimisation des processus industriels, à l’amélioration de la détection et du traitement de maladies, en passant par l’exportation de l’expertise qui en résulterait.

Mais les fruits des données massives se retrouvent dans un champ de mines pour certaines questions de souveraineté et de vie privée, exigeant une approche prudente et réfléchie: tout récemment, le mois dernier, le président français Emmanuel Macron a appelé à une stratégie de données à l’échelle européenne.

Le Canada – tout en étant un pays relativement petit en comparaison avec les États-Unis, la Chine ou l’Union européenne – est bien positionné pour être un important joueur mondial des données, particulièrement dans les secteurs où le pays compte déjà un avantage, comme en agriculture, dans les mines, en infrastructures et dans les soins de santé.

Des experts estiment aussi que le Canada a une longueur d’avance en raison de son expertise en intelligence artificielle.

Sachin Aggarwal, le chef de la direction de Think Research, figure parmi ceux ayant promeut auprès du gouvernement l’idée d’une stratégie canadienne sur les données massives.

M. Aggarwal, dont l’entreprise utilise des données pour aider les médecins, les infirmières et les pharmaciens à prendre des décisions sur la meilleure manière de traiter des patients, a souligné le fait qu’il y avait une énorme quantité de données générées par l’entremise des milliards en dépenses publiques, notamment dans les soins de santé.

« Le public n’a pas conscience des bénéfices des données qui sont générés. Nous considérons pratiquement comme un mal nécessaire d’avoir à stocker toutes ces données, plutôt que de voir cela comme un apport précieux – l’atout unique de plus grande valeur dans la prochaine génération de technologies en santé », a-t-il fait valoir.

Dans le plus récent budget fédéral, le gouvernement s’est engagé à mettre en forme une stratégie canadienne sur les protocoles internet. M. Bergen a affirmé qu’il serait très heureux si le prochain budget fédéral contenait une promesse similaire sur la création d’une stratégie canadienne sur les données massives.

« Il y a un rôle pour le gouvernement fédéral d’aider le Canada à devenir un leader mondial en données – tout comme nous le faisons pour l’innovation et la (propriété intellectuelle) », ont indiqué par communiqué des responsables pour le ministre du Développement économique Navdeep Bains.

« Alors que nous déterminons la réponse canadienne à la question des données, notre gouvernement continuera d’avoir des discussions avec les Canadiens sur les occasions et les défis auxquels nous faisons face en ce qui a trait aux données, aux nouvelles technologies et à une économie en rapide mutation », a-t-on ajouté.