Au total, 4 503 ventes résidentielles ont été réalisées en sol gatinois et la périphérie, soit en moyenne 12 par jour.

Une hausse de 7% pour le marché de Gatineau

Le marché immobilier résidentiel de Gatineau se démarque une fois de plus à l’échelle provinciale alors que le nombre de transactions s’est accru de 7 % en 2018. Il s’agit de la quatrième augmentation annuelle consécutive de l’activité.

Selon le bilan dressé lundi par la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ), Gatineau est la région métropolitaine de recensement (RMR) ayant affiché la seconde meilleure performance à ce chapitre, derrière celle de Saguenay (+ 11 %). Des hausses ont été enregistrées à Sherbrooke (+ 6 %), Montréal (+ 5 %) et Québec (+ 4 %).

Au total, 4 503 ventes résidentielles ont été réalisées en sol gatinois et la périphérie, soit en moyenne 12 par jour.

« Une quatrième hausse consécutive des ventes, une augmentation continue du prix des maisons unifamiliales ainsi qu’une baisse des délais de vente et des inscriptions en vigueur tracent un bilan très positif pour notre région gatinoise en 2018 », a indiqué François Vincent, président du conseil d’administration de la Chambre immobilière de l’Outaouais (CIO).

Le nombre de transactions a grimpé à la fois pour les maisons unifamiliales (5 %), les copropriétés (15 %) et les petits immeubles de deux à cinq logements (15 %) l’an dernier. Tous les secteurs de la RMR ont vu leur nombre de ventes augmenter par rapport à l’année précédente, en particulier à Buckingham–Masson-Angers, où on observe un bond de 16 %. La hausse la plus faible était dans le secteur Aylmer (1 %).

Le prix médian des maisons unifamiliales a grimpé de 3 % pour s’établir à 249 000 $ du côté québécois de la rivière. Quant à celui des plex, il a progressé de 2 % pour atteindre 280 000 $.

Par ailleurs, la CIO indique que l’offre de propriétés a considérablement baissé en 2018. On dénombrait en moyenne 2742 inscriptions en vigueur sur le système Centris des courtiers immobiliers, un recul de 11 % par rapport à 2017.

L’organisation affirme que « globalement, les conditions du marché pour la maison unifamiliale étaient légèrement à l’avantage des vendeurs », alors que « le marché de la copropriété était en équilibre et celui du plex favorisait légèrement les acheteurs. »

Le délai de vente moyen, toutes catégories de propriétés confondues, s’est établi à 81 jours en 2018 pour l’ensemble de la RMR de Gatineau, soit une baisse de 8 jours par rapport à 2017. Fait à noter, le secteur Aylmer (71 jours) présentait les délais de vente moyens les plus courts de toutes les régions métropolitaines du Québec, dit-on.

À l’échelle provinciale, la FCIQ affirme que 86 557 ventes ont été réalisées l’an dernier, une hausse de 5 % par rapport à 2017. Il s’agit d’une marque record, puisque l’ancien sommet date de 2017 (82 541 transactions).