La tornade de Gatineau a coûté près de 5,5 millions $ à Hydro-Québec.

Une facture de 164 M $ en temps supplémentaire chez Hydro-Québec

MONTRÉAL — La facture de temps supplémentaire a grimpé pour une troisième année consécutive chez Hydro-Québec, atteignant 164,6 millions $ en 2018, alors que les caprices de dame Nature ont été plus sévères qu’à l’habitude.

Cette hausse de 13 millions $, ou 8,6 %, a été très payante pour certains employés de la société d’État, qui ont plus que triplé leur salaire, révèlent des données obtenues par La Presse canadienne.

Ainsi, un chef monteur a pu toucher une paye totale de 272 079 $, alors que son salaire de base était de 81 597 $ l’an dernier. Cette personne a effectué assez de temps supplémentaire pour recevoir près de 156 730 $ ainsi que des primes diverses de 33 754 $.

En ce qui a trait aux travailleurs de métier chez Hydro-Québec, six des dix plus hauts salariés sont des personnes affectées au montage des lignes, ce qui, selon Hydro-Québec, est attribuable aux aléas de la météo.

« Nous avons eu 4500 pannes de plus (pour un total de 24 478) à traiter l’an dernier et 16 journées d’événements majeurs par rapport à huit en 2017 », a expliqué un porte-parole de la société d’État, Louis-Olivier Batty, au cours d’un entretien téléphonique.

Puisque des équipes d’Hydro-Québec ont effectué du temps supplémentaire alors qu’elles allaient prêter main-forte à l’extérieur, une somme de 2 millions $ devrait être récupérée, a-t-il ajouté.

Sans surprise, des événements comme la tornade ayant causé d’importants dégâts à Gatineau en septembre dernier ainsi que l’importante tempête ayant déferlé sur les Îles-de-la-Madeleine expliquent en partie de l’augmentation.

Les orages violents qui avaient privé quelque 60 000 foyers de courant dans le sud-ouest de la province à la fin août ainsi que les vents violents ayant affecté plus de 100 000 clients en octobre dernier ont aussi coûté cher.

Au total, les événements climatiques plus sévères ont coûté 9 millions $ en heures supplémentaires.

« Est-ce que l’on voit une tendance ? On ne le sait pas, a dit M. Batty. Mais clairement, 2018 a été une année assez marquante en matière d’événements climatiques sévères. Quand il y a des pannes, la priorité, c’est le temps de rétablissement. On veut contrôler nos dépenses, mais il y a une course contre la montre. »

Dans l’ensemble, la tornade de Gatineau a représenté des dépenses d’environ 5,5 millions $ pour Hydro-Québec, principalement pour du temps supplémentaire ainsi que pour des équipements visant à réparer les dégâts.