Face à la COVID-19, l’entreprise familiale Kiosk Dimensions a refusé catégoriquement de mettre à pied ses employés.
Face à la COVID-19, l’entreprise familiale Kiosk Dimensions a refusé catégoriquement de mettre à pied ses employés.

Une entreprise de Bourget souhaite briser la solitude des aînés

Face à la COVID-19, l’entreprise familiale Kiosk Dimensions a refusé catégoriquement de mettre à pied ses employés. Elle a plutôt décidé de mettre son expertise dans la conception d’un cubicule-parloir pour contrer la solitude des aînés qui souffrent de la distanciation sociale.

Président de Kiosk Dimensions, Pascal Demonsand a fait carrière dans le monde de la publicité et de l’univers événementiel. Après avoir travaillé pour de grandes firmes publicitaires pendant plus de 30 ans, il a fondé Kiosk Dimensions en 2006.

L’entreprise de Bourget se spécialise dans le design de kiosques sur mesure pour les salons d’expositions, les foires internationales et commerciales. « On conçoit, on livre, on monte sur place des produits à l’image de la compagnie », explique Marika Reynolds, chargée de projet et développement des affaires. Depuis, l’entreprise familiale ne cesse de croître.

Parmi les multiples réalisations qui font la fierté de Kiosk Dimensions, on compte entre autres le Salon du jouet de New York, organisé par Mattel, le géant américain derrière la poupée Barbie.

Pascal Demonsand et Marika Reynolds

Cabines téléphoniques

Le secteur événementiel fut l’un des premiers à être affectée par la COVID-19. Du jour au lendemain, Kiosk Dimensions a vu tous les salons d’expositions auxquels elle devait participer être annulés en bloc. Cependant, l’entreprise développait déjà avant la pandémie un projet de « cabines téléphoniques » démontable pour faciliter les conférences téléphoniques dans les agences publicitaires. « Nos prototypes étaient déjà finis, mais il fallait qu’on ferme l’entreprise, puisqu’on n’était pas un besoin essentiel », indique Mme Reynolds.

Mais pour M. Demonsand et son équipe, hors de question de mettre la clé sous la porte. « On voulait aider. On ne pouvait pas rester sur notre petit fauteuil et attendre que ça se passe. Il fallait s’adapter ».

Kiosk Dimensions a donc décidé de participer à la lutte contre le virus. « Mes amis me disaient “je suis allée voir ma grand-mère à sa fenêtre de résidence et tout le monde crie. C’est un peu cacophonique” », indique Mme Reynolds. À la suite de ces témoignages, l’équipe a conçu le « Kubicule-Parloir ».

L’idée est simple : les résidents peuvent être face à face avec leurs êtres chers, à travers un plexiglas ou une vitre et se parler avec un interphone. « Nos cabines sont construites sur des panneaux qui sont faciles à installer et à démonter. C’est beaucoup plus simple que du IKEA [rires] », affirme M. Demonsand. Et pas d’inquiétude quant à la salubrité de l’objet, qui devra évidemment être désinfecté entre les visites, assure l’homme d’affaires. « Ce sont les matériaux qu’on utilise en exposition et qui sont habitués d’être dans une forte zone de trafic. Ils peuvent être facilement lavés », ajoute-t-il.

Pour Marika Reynolds, c’était l’idée parfaite. « On se disait, nous ça va nous donner des projets à faire, on va pouvoir garder nos employés, et les familles vont peut-être pouvoir se retrouver plus rapidement ou plus sécuritairement. C’est notre savoir-faire à grande échelle qu’on réduit à quelques pieds carrés ».

Voir plus loin que la COVID-19

Les gouvernements s’affairent de plus en plus au déconfinement et permettent davantage les visites. Mais selon Mme Reynolds, il faut voir sur le long terme. Le Kubicule-Parloir pourrait être un allié de taille dans la lutte à la COVID-19, mais pourrait aussi être utile lors de la saison de la grippe régulière. « Ce système-là, il se monte, il se démonte. Il se range à plat. Les gens mettent ça dans leur entrepôt et hop ! en janvier, ils peuvent les sortir de nouveau et arrêter la transmission des autres maladies des mois d’hiver ».