Une visite chez le dentiste a fait ressortir davantage qu’une dent sensible pour des centaines de fonctionnaires fédéraux pris dans les problèmes persistants du système de paie Phénix, ont affirmé des responsables fédéraux.

Une dent contre Phénix

Une visite chez le dentiste a fait ressortir davantage qu’une dent sensible pour des centaines de fonctionnaires fédéraux pris dans les problèmes persistants du système de paie Phénix, ont affirmé des responsables fédéraux.

Le refus à court terme de prestations de soins dentaires et d’autres services couverts est l’un des problèmes subis par plusieurs employés fédéraux.

Services publics et Approvisionnement Canada avait d’abord affirmé à la mi-décembre que le refus de prestations pour de tels soins en raison de paies inadéquates n’était pas répandu.

Le ministère a révélé depuis ce temps que des centaines d’employés du gouvernement dont les mandats pour une période déterminée ont été prolongés pourraient avoir connu des refus de couverture ou des retards dans le traitement de leur dossier.

Néanmoins, le ministère persiste à dire que le problème est de portée restreinte, et que les éléments ayant causé à l’origine l’interruption des prestations ont été résolus.

Pour l’instant, tout employé ayant subi un rejet de demandes de prestations, ou tout nouvel employé dont le programme d’assurance collective n’a pas encore été mis en vigueur, peut soumettre des réclamations de manière rétroactive « une fois sa situation de paie résolue », a indiqué le ministère. Pour ceux qui ont dû emprunter pour payer leurs soins dentaires ou d’autres soins de santé couverts, le gouvernement a dit qu’ils pouvaient réclamer les intérêts sur ces prêts. « Nous avons identifié approximativement 530 employés dont les mandats pour une période déterminée ont été prolongés et qui pourraient avoir connu une interruption de leur régime d’assurance en raison de délais de traitement », a indiqué par courriel une porte-parole du ministère, Michèle LaRose.