La récolte de foin a été fortement touchée par le gel hivernal et les faibles précipitations en Outaouais l’an dernier.

Une année 2018 difficile pour le foin

La récolte de foin a été fortement touchée par le gel hivernal et les faibles précipitations en Outaouais l’an dernier.

Le bilan de l’assurance récolte 2018, rendu public jeudi par La Financière agricole du Québec, révèle que 312 entreprises de l’Outaouais étaient assurées pour des valeurs atteignant 22,3 millions $. Du lot, 255 ont subi des pertes indemnisables.

Sur un total de près de 2,3 millions $ en indemnisations, plus de 2 millions $ ont été versés « pour le foin et les pâturages », tandis que 123 000 $ ont été versés « pour les céréales, le maïs-grain et les protéagineuses ».

Le bilan 2018 pour l’Outaouais fait état d’une saison estivale marquée par des « précipitations souvent insuffisantes et [des] températures souvent supérieures à la normale ».

La récolte de foin a été « particulièrement affectée par le gel hivernal et le manque de précipitations », est-il précisé. Une baisse de rendement a aussi été observée pour les céréales, les pommes de terre et « certaines cultures maraîchères ».

La chaleur ayant sévi au cours de l’été 2018 a toutefois permis des « rendements supérieurs pour le maïs fourrager » dans la région, note La Financière agricole.

L’année 2018 a aussi été difficile pour le foin à l’échelle provinciale. Sur les quelque 100 millions $ versés à près de 6000 entreprises ayant subi des pertes indemnisables, près de 60 % concernent le foin et les pâturages.

Les pertes dans le domaine de l’acériculture ont pour leur part mené à des indemnisations totalisant 16,3 millions $, l’an dernier, pour l’ensemble du Québec.

Alors que certaines régions ont connu une bonne année, la récolte de sirop a été « nettement inférieure à celle des cinq dernières années » dans les régions du Bas-Saint-Laurent et de Chaudière-Appalaches.