La fondatrice de mécènESS, Ethel Côté

Un outil pour les entreprises sociales

Fondée en 2014, mécènESS veut devenir une référence en économie sociale et solidaire. Regroupant sous un même toit tous les services pour répondre aux besoins des entrepreneurs sociaux, mécènESS propose aussi une plate-forme de sociofinancement adaptée à la réalité francophone.
«Le sociofinancement ou le financement participatif est encore un phénomène récent et il y avait peu de ressources pour répondre aux besoins des entrepreneurs francophones», explique la fondatrice de mécènESS, Ethel Côté.
À l'heure actuelle, une dizaine de projets sollicitent un coup de main financier de la part des internautes. On y trouve notamment le Fonds Charles-Morin, qui permet à des enfants de milieux défavorisés de participer à des stages d'été avec la compagnie VOX Théâtre. Le Centre Espoir Sophie accepte aussi des dons pour offrir des repas gratuits aux femmes qui fréquentent ses installations de la rue Murray, à Ottawa.
Le nom mécènESS fait référence à deux concepts : le mécénat et l'économie sociale et solidaire (ESS). Via la plate-forme virtuelle, le public est invité à contribuer financièrement et soutenir des projets issus de l'économie sociale.
Plus que cet outil de financement, cette entreprise de soutien offre de la formation en entrepreneuriat, du mentorat et de l'accompagnement en gouvernance, le tout en français. 
mécènESS est installé dans les nouveaux bureaux du Centre de l'innovation d'Ottawa, réel incubateur d'innovation et d'entrepreunariat dans la capitale où les entreprises d'économie sociale ont hérité de leur propre secteur. «Nous cohabitons avec des entreprises privées, des startups dont l'énergie est contagieuse. En étant ici, nous permettons aux initiatives sociales de rayonner», poursuit Ethel Côté.
Les frais de service pour l'utilisation de la plate-forme représentent 3% de l'argent récolté lors de la campagne de financement.