Selon la police du Sussex, Andrew Saunders, qui était directeur des installations de Bombardier à Brighton, a manipulé le système de paiement et déboursé de l’argent entre le 28 août 2008 et le 30 avril 2013 dans quatre faux comptes d’affaires.

Un dirigeant de Bombardier condamné à la prison

Un ancien dirigeant de la division ferroviaire de Bombardier au Royaume-Uni a été condamné lundi à six ans de prison pour avoir volé environ 1,15 million $ à l’entreprise afin de s’offrir un luxueux train de vie.

Andrew Saunders, âgé de 52 ans, a reçu sa peine plusieurs jours après avoir été reconnu coupable d’abus de fonctions.

Il devra purger au moins la moitié de sa peine derrière les barreaux.

Son coaccusé, Roy George, un gestionnaire de service de courrier âgé de 55 ans, avait plaidé coupable en janvier à des accusations de blanchiment d’argent. Il a reçu une condamnation avec sursis deux ans et devra effectuer 300 heures de travaux communautaires.

La division britannique de Bombardier Transport est responsable de la maintenance de tout le réseau de Southern Railway, dans le sud-est du Royaume-Uni.

La société a indiqué avoir dépensé plus de 1 million $ dans cette affaire, en plus du temps que lui a consacré son personnel. Une demande de service au procureur britannique visant à récupérer une partie ou la totalité de l’argent volé par M. Saunders sera entendue en avril, a précisé Bombardier.

«Bombardier a réalisé une enquête interne et n’a pas identifié d’autres gestes répréhensibles relativement à cette affaire», a expliqué l’entreprise dans un courriel.

«Toutes les allégations de fraude et d’actions répréhensibles ont été prises très au sérieux par Bombardier et font l’objet d’une enquête complète, et des détails seront transmis aux forces policières au moment approprié.»

Faux comptes et fausses factures

Selon la police du Sussex, M. Saunders, qui était directeur des installations de Bombardier à Brighton, a manipulé le système de paiement et déboursé de l’argent entre le 28 août 2008 et le 30 avril 2013 dans quatre faux comptes d’affaires.

Il a rédigé de fausses factures après avoir affirmé que le travail avait été fait pour Bombardier par son ex-femme et la société d’un ami. Cependant, les fonds étaient transférés dans ses propres comptes conjoints, et ont été utilisés pour acheter des motos Harley-Davidson, un spa et des vacances de ski aux États-Unis.

Bombardier a contacté la police après avoir découvert la fraude, lors d’un congé de maladie de M. Saunders.

En annonçant la peine, le juge a indiqué qu’il était «déconcerté» par la volonté de M. Saunders de traîner tout le monde dans la boue, incluant son ex-femme, son entreprise et ses employés, dans l’espoir de détourner le blâme.

«Vous étiez prêt à vous exprimer contre n’importe qui», a observé le juge Paul Tain, selon un résumé des transcriptions du tribunal.

Le juge Tain a affirmé que l’affaire était si limpide qu’il avait été étonné de voir M. Saunders plaider non coupable.

«Je suppose que vous avez espéré que le jury serait déboussolé par de complexes données et diagrammes.»