L’Institut d’innovation Gatineau est un incubateur et un fournisseur d’espaces de travail communs pour les <em>startups</em>, les PME et les travailleurs autonomes de la région de l’Outaouais
L’Institut d’innovation Gatineau est un incubateur et un fournisseur d’espaces de travail communs pour les <em>startups</em>, les PME et les travailleurs autonomes de la région de l’Outaouais

Un coup de main payant de l’Institut d’innovation Gatineau

Charles-Antoine Gagnon
Charles-Antoine Gagnon
Le Droit
La trentaine d’entreprises en démarrage innovantes qu’a accompagnée l’Institut d’innovation Gatineau au cours de la dernière année a généré des ventes dépassant 1,2 million $, soit 300 000 $ de plus que leurs prévisions financières.

C’est ce qu’a fait savoir mardi l’organisme économique qui a franchi le cap des trois années d’opération.

«Étant des entreprises innovantes à fort potentiel de croissance, il ne serait pas étonnant que certaines startups atteignent une valeur d’entreprise au-delà des dizaines de millions de dollars au cours des prochaines années», a avancé l’Institut dans un communiqué.

L’Institut d’innovation Gatineau, un incubateur et fournisseur d’espaces de travail communs pour les startups (entreprises en démarrage), les PME et les travailleurs autonomes de la région de l’Outaouais, a comme mission d’augmenter les chances de réussite de la relève entrepreneuriale en lui fournissant de la formation et les ressources professionnelles nécessaires à sa croissance. Par exemple, elle a aidé au cours de la dernière année une entreprise qui a développé une solution qui rend les restaurants plus efficaces en permettant aux clients de payer leur facture avec leur téléphone intelligent, donc sans avoir à attendre que le serveur ou la serveuse se pointe à leur table.

Le directeur général de l’Institut Innovation Gatineau, Michael Anthony-Clément

«Les incubateurs comme l’Institut existent pour augmenter les chances de réussite des statups en leur fournissant toutes les ressources nécessaires au bon moment, soit financières, expertises et réseaux», a expliqué en entrevue avec Le Droit le directeur général de l’Institut Innovation Gatineau, Michael Anthony-Clément, tout en rappelant que les chances de succès des startups technologiques sont la plupart du temps sous la barre des 10 %.

«L’investissement que l’on fait en ce moment dans les entreprises fera en sorte que dans cinq à 10 ans nous devrions avoir une économie pas mal abondante de jeunes entreprises, mais aussi d’entreprises plus établies, et une économie plus diversifiée. On s’entend qu’historiquement, l’économie a été très axée sur la fonction publique, la construction et les entreprises de services. En ajoutant d’autres éléments diversifiés à l’économie, ça donne une économie plus riche et plus stable», a continué M. Anthony-Clément.