Heddle Marine avait demandé une enquête, alléguant que certains critères de sélection pour la troisième entreprise qui complétera la Stratégie nationale de construction navale semblaient avoir été rédigés pour favoriser Davie.

Un chantier naval retire sa plainte de parti pris envers Davie

OTTAWA — Un chantier naval ontarien renonce à demander au tribunal commercial de déterminer si le projet d’Ottawa d’ajouter un troisième chantier maritime à sa stratégie de construction navale de plusieurs milliards de dollars n’avait pas été rédigé de telle sorte qu’il favorise le chantier québécois Davie.

Le mois dernier, Heddle Marine, une société de Hamilton, en Ontario, avait demandé au Tribunal canadien du commerce extérieur d’ouvrir une enquête, alléguant que certains critères de sélection pour la troisième entreprise qui complétera la Stratégie nationale de construction navale semblaient avoir été rédigés dans le seul but de disqualifier tous les candidats à l’exception du chantier maritime Davie, de Lévis.

Sécurité nationale

Le gouvernement fédéral a par la suite modifié certaines de ces exigences, notamment une disposition relative à la taille des navires qui, affirmait Heddle, risquait de la disqualifier. Ce chantier ontarien avait malgré tout demandé au tribunal de poursuivre son enquête.

Le gouvernement a ensuite invoqué une exception de sécurité nationale empêchant de telles enquêtes.

Le tribunal se demandait toujours comment répondre au gouvernement lorsqu’un avocat de Heddle l’a informé, la semaine dernière, que le chantier naval retirait sa plainte, sans expliquer sa décision.

Le troisième chantier naval pourra construire au moins six brise-glace pour la Garde côtière canadienne, dont la flotte est à bout de souffle.