Le vice-président de l’AFPC pour la région de la capitale nationale, Greg McGillis, a invité les participants à tourner la roue de la malchance, mercredi, à la Place du Centre.

Tourner La Roue malchanceuse de Phénix

Recevoir sa paye est devenu pratiquement une question de hasard au gouvernement fédéral depuis l’introduction du système de paye Phénix. L’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) a donc décidé de jouer à une version maussade de La Roue de fortune mercredi midi, à la Place du Centre.

Les différents scénarios vécus par des fonctionnaires se trouvaient sur cette roulette : « Chèque sans provision », « Recevoir trop d’argent que tu dis rembourser », etc.

La première participante a obtenu la case « Banque alimentaire » et, « contrairement à Phénix, on ne te laisse pas partir sans rien », s’est exclamé l’animateur de ce faux jeu télévisé, le vice-président de l’AFPC pour la région de la capitale nationale, Greg McGillis, avant de remettre un pot de beurre d’arachide à la dame.

Présent à l’événement de mobilisation de mercredi midi, Karl Lafrenière raconte ne pas avoir été payé pendant trois mois après la mise en place de Phénix. « Ç’a affecté le paiement d’une pension alimentaire. Ça m’a mis dans tous mes états, parce que ne pas payer, c’est criminel. Je travaille pour Services Canada qui demande une cote de sécurité secrète. Quand tu es criminel, tu perds cette cote de sécurité. »

« Le message à tirer ici aujourd’hui, c’est que c’est tellement affreux ce qui se passe avec Phénix que c’est rendu une farce », ajoute M. Lafrenière.

Maintenir la pression

Alors que le jeu télévisé fictif attirait l’attention des nombreux passants à la Place du Centre, des membres de l’AFPC les invitait à ajouter leur signature à une pétition pour inciter le gouvernement à pour corriger rapidement la situation avec l’attribution des payes.

M. McGillis se réjouit qu’on observe des progrès dans ce dossier. Notamment, le nombre de cas problématiques a cessé d’augmenter au cours des deux derniers mois. Un appel d’offres a aussi été lancé par le gouvernement pour trouver le système de paye qui remplacera Phénix.

« Ce n’est pas suffisant », précise toutefois Greg McGillis.

L’AFPC continue de réclamer un dédommagement pour les fonctionnaires affectés par les déboires du système de paye, ainsi qu’une enquête publique pour déterminer ce qui a causé ce fiasco.

M. McGillis espère également que la partie patronale fera preuve de clémence durant les négociations collectives en cours, compte tenu des conditions de travail difficiles vécues par plusieurs au cours des dernières années.

« Les fonctionnaires ont continué de travailler et de bien faire leur travail, malgré le stress et l’incertitude. Il faut en arriver à une convention collective juste rapidement », réclame le représentant de l’AFPC.