Au classement mondial des villes où le coût de la vie est le plus élevé de cette année, Toronto (photo) a grimpé de 10 rangs pour atteindre la 109e position, à égalité avec Vancouver.

Toronto et Vancouver sont les deux villes les plus coûteuses au Canada

Toronto et Vancouver sont les deux villes où le coût de la vie est le plus élevé au Canada, révèle la firme Mercer dans son plus récent sondage annuel.

L’enquête de Mercer fait un classement de plus de 375 villes autour du monde et s’intéresse aux coûts de 200 produits et services dont le logement, le transport, la nourriture, les vêtements, les produits ménagers et le divertissement. Elle utilise la ville de New York comme référence, et les fluctuations des devises sont mesurées par rapport au dollar américain.

Dans le classement de cette année, Toronto a grimpé de 10 rangs pour atteindre la 109e position. Vancouver a pour sa part cédé deux rangs pour se retrouver à égalité avec Toronto.

La plupart des villes canadiennes ont reculé dans le classement de Mercer pour 2018. Montréal a notamment glissé de 18 rangs à la 147position, tandis que Calgary a reculé de 11 rangs à la 154e position. Classée au 160e rang, Ottawa est la ville la moins chère au Canada.

Selon Mercer, ces baisses s’expliquent par les conditions relativement stables du marché.

«Même si Toronto a grimpé dans le classement sur le coût de la vie, les résultats de cette année, combinés à ceux de l’enquête annuelle de Mercer sur la qualité de vie publiée plus tôt cette année, démontrent que les villes canadiennes offrent une qualité de vie de classe mondiale à un coût relativement modéré», a affirmé dans un communiqué le responsable du secteur des carrières de Mercer Canada, Gordon Frost, dans un communiqué.

«C’est un atout important pour le Canada et pour les entreprises canadiennes dans la course aux talents au sein d’une économie mondiale hautement concurrentielle et la préparation pour l’avenir du monde du travail.»

Les gouvernements et les grandes sociétés utilisent les données de cette enquête pour prendre des mesures visant à préserver le pouvoir d’achat des employés qu’ils affectent à l’étranger, explique Mercer. Les données sur le coût du logement locatif sont utilisées pour évaluer les allocations versées aux employés en poste à l’étranger.

Chute aux États-Unis

Les villes américaines ont elles aussi chuté dans le classement, notamment en raison de la reprise soutenue de l’économie européenne, précise Mercer. New York a cédé quatre places et rejoint le 13e rang. Elle est suivie par San Francisco, au 28e rang, puis par Los Angeles, au 35e rang. Chicago a chuté de 20 places pour s’établir au 51e rang.

Hong Kong, Tokyo, Zurich, Singapour et Séoul sont les cinq villes les plus dispendieuses du monde, selon les résultats de la 24e édition de l’enquête. Quatre des cinq villes les plus chères au monde pour les employés expatriés se trouvent ainsi en Asie.

Mercer, une filiale de la société de services professionnels Marsh & McLennan Companies, offre des services-conseils pour aider les organisations à répondre aux besoins de leur main-d’œuvre dans les domaines de la santé, des avoirs et des carrières. Elle compte plus de 23 000 employés répartis dans 44 pays.