Charles Bertrand et Caroline Hébert, de la plateforme web Immo-Match

Immo-Match s'entend avec Proprio Direct

En ligne depuis trois mois à peine, la plateforme web Immo-Match vient de frapper un coup de circuit en signant une entente de partenariat avec le géant de l'immobilier au Québec, Proprio Direct.
L'entreprise gatinoise qui propose la seule et unique plateforme en ligne en Amérique du Nord permettant par le biais d'un algorithme d'associer vendeurs et acheteurs de maisons dans le but de favoriser la vente et l'achat en simultané en a fait l'annonce lundi, par voie de communiqué.
Grâce à ce partenariat, Immo-Match, qui s'apparente à un site de rencontre de propriétés à la sauce Tinder, verra le nombre de demeures affichées sur son site passer de 1600 à environ 9800. Ils étaient 70 courtiers immobiliers à contribuer au listing de la plateforme depuis son lancement survenu le 25 avril dernier. Ils seront désormais 770. Les propriétés de la bannière Proprio Direct devraient faire leur apparition sur Immo-Match d'ici deux semaines.
« On entre dans les ligues majeures. Nous sommes assez contents du résultat considérant que nous sommes une plateforme qui vient tout juste d'être développée. Nous avons déjà une réponse assez favorable de l'industrie et je pense que c'est un bon présage pour nous », lance la cofondatrice et directrice générale d'Immo-Match, Caroline Hébert, à propos de cette nouvelle association. 
Cette dernière a fondé la boîte gatinoise avec son associé Charles Bertrand. L'objectif derrière le projet était de faciliter la vie aux personnes qui « magasinent » ou qui tentent de vendre leur maison.
« D'après le sondage maison que nous avions fait au lancement, près de 80 % des gens qui ont une propriété à vendre vont acheter à la suite de la vente de leur propriété. On parle par exemple de gens qui vont changer de superficie ou passer de la ville à la campagne. Avec Immo-Match, on met en relation les vendeurs et acheteurs », explique Mme Hébert.
Selon les statistiques fournies par l'entreprise, c'est 70 % du contenu en ligne qui provient de courtiers immobiliers alors que l'autre tranche listée est composée de propriétés vendues par les vendeurs eux-mêmes. 
Mme Hébert soutient que les plans futurs de l'entreprise prévoient la signature d'autres partenariats avec des bannières et agences immobilières au Québec. 
« Avec Proprio Direct et le listing que nous avions déjà, on possède déjà 10 % des propriétés à vendre partout en province. On aimerait d'ici deux ans aller chercher un bon 50 ou 60 % du marché des propriétés au Québec. »