Le commerce Maheu Home Furnishing disparaîtra du village d’Embrun.

Après 121 ans, Maheu doit fermer ses portes

Une des plus vieilles entreprises de l’Est ontarien fermera ses portes prochainement. Après 121 ans en affaires, le commerce Maheu Home Furnishing d’Embrun cessera définitivement ses activités.

La morosité était palpable mercredi lors d’une visite du Droit au commerce sis sur la rue Notre-Dame, dirigé par Jacques Maheu et sa sœur, Suzanne Lemieux. 

Bien que souvent, les fermetures de commerces soient engendrées par une économie précaire, il n’en est rien pour Maheu Home Furnishing. « Nous en sommes à la quatrième génération de l’entreprise familiale et aujourd’hui nous fermons les portes parce que nous n’avons tout simplement pas de relève », explique M. Maheu.

Jacques Maheu et sa sœur Suzanne Lemieux s’affairent à liquider la marchandise.

Celui-ci ajoute que les enfants de la cinquième génération de la famille Maheu ont poursuivi des chemins professionnels différents. 

« L’entreprise va très bien. Nous avons même été occupés dans les dernières années parce qu’à Embrun et les villages environnants, ça grossit beaucoup, ce qui est bon pour les affaires », a précisé le copropriétaire. 

À l’approche du temps des Fêtes, Suzanne Lemieux et Jacques Maheu ont, en quelque sorte, voulu s’offrir un cadeau : une retraite bien méritée, et ce, après plusieurs années consacrées au domaine du commerce de détail. 

« C’est certain que nous allons avoir un petit pincement au cœur quand nous allons mettre la clé dans la porte le 20 décembre. Notre vie va prendre un roulement différent », avance M. Maheu. 

Il s’agira du même coup d’une toute nouvelle étape pour Mme Lemieux. 

« C’est sur que ça va être un ajustement. Nous partons avec le sens du devoir accompli. Nous sommes prêts à passer à autre chose et rattraper le temps avec notre famille », a affirmé Mme Lemieux.

Ce qui va leur manquer

Après plusieurs années à travailler avec les gens, les deux propriétaires avouent que le contact avec la clientèle leur manquera le plus. 

« Pour nous, c’était le point le plus important la proximité avec le client. C’est ce qui va nous manquer le plus », admet pour sa part Suzanne Lemieux. 

À cela s’ajoute également le rendez-vous quotidien avec les employés. Une dizaine de personnes y œuvrent présentement et plusieurs prendront leur retraite. 

« Nous avons eu la chance d’avoir une bonne équipe. Des employés bien formés qui aiment leur travail. C’est notre famille », souligne M. Maheu ajoutant que certains employés ont offert une quarantaine d’années à l’entreprise.

Pour Jacques Maheu, la clé du succès de l’entreprise a toujours été la qualité du service à la clientèle. 

« Nous avons toujours été reconnus pour notre service à la clientèle, c’est ce qui a fait qu’on a continué et qu’on a grandi. Le mot se passait qu’on offrait un bon service ». 

« Les petites entreprises doivent également se démarquer des plus grosses chaînes en offrant des services que d’autres n’offrent pas », poursuit M. Maheu.