La soumission du groupe Ottawa-Gatineau comprenait des terrains bien identifiés, tout près de la rivière et des deux centres-ville, comme le montre cette maquette.

Amazon dit non à Ottawa-Gatineau

La région d’Ottawa-Gatineau n’accueillera pas le deuxième siège social d’Amazon en Amérique du Nord. La candidature conjointe des deux villes n’a pas été retenue par le géant américain du commerce en ligne, mettant ainsi fin au suspense.

Des 238 candidatures acheminées en octobre dernier, Amazon a annoncé jeudi que seules 20 accédaient à la deuxième étape. Une seule ville canadienne se retrouve dans le lot, soit Toronto. 

Parmi les 19 villes américaines qui sont toujours dans la course, mentionnons Atlanta, Chicago, New York, Pittsburgh et Washington. Au pays, les dossiers de candidature de Montréal et Windsor n’ont pas non plus été retenus par l’entreprise basée à Seattle. 

L’investissement de la multinationale aurait pu s’élever à cinq milliards $, en plus de générer la création de quelque 50 000 emplois.

« Nous sommes déçus, oui, car on aurait aimé faire partie des villes finalistes, en même temps on savait que même si on avait des chances réelles, la compétition était féroce. Ce que je retiens surtout, c’est la fierté d’avoir eu une aussi belle collaboration entre les deux villes, je crois que c’était une première. L’objectif était de mettre sur papier les talents des uns et des autres. Pour notre avenir économique, il s’agit d’un gain énorme », a indiqué au Droit le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, ajoutant être convaincu que la région attirera éventuellement des projets internationaux. 

Ce dernier rappelle que les atouts de la région sont multiples, par exemple le haut taux de bilinguisme, la population hispanophone, la présence de plusieurs entreprises de nouvelles technologies et son milieu de vie alliant l’urbain et le plein air. 

Les deux maires ont aussi commenté la décision d’Amazon dans une déclaration commune, se disant fiers du travail de concertation accompli au fil des derniers mois. 

« Nous sommes fiers de la façon dont nos deux villes et la communauté ont uni leurs forces afin de soumettre une candidature concurrentielle qui témoignait de ce que la région de la capitale nationale a de mieux à offrir. Plusieurs responsables communautaires et partenaires dans le développement économique ont travaillé sans relâche au cours du processus de candidature, qui a duré six semaines, afin d’élaborer une proposition reflétant le potentiel économique de notre région et les talents de calibre mondial qu’elle regroupe », ont-ils affirmé.

Les deux élus demeurent optimistes pour l’avenir et estiment même que ce ne pourrait qu’être partie remise avec le géant du web, précisant que « les décideurs d’Amazon ont formulé des commentaires positifs au sujet de notre proposition, ce qui positionne notre région pour de futures opportunités. »

L’homme d’affaires Antoine Normand, embauché par ID Gatineau à titre de coordonnateur du dossier, s’est lui aussi montré désappointé. 

« On savait dès le départ que certains critères exigés par Amazon étaient plus difficiles à atteindre, notamment la population. C’est d’ailleurs en mettant les deux villes ensemble qu’on atteignait le minimum exigé d’un million d’habitants. Sauf qu’il y avait plusieurs éléments qui nous distinguaient, notamment au niveau de l’électricité. Et le fait que de plus petites villes ont été choisies démontre qu’on avait des chances », a-t-il commenté. 

Amazon compte arrêter son choix sur l’emplacement de son deuxième siège social au cours de l’année 2018.

AMAZON EN CHIFFRES

  • 1,36 milliard $: chiffre d’affaires en 2016
  • 541 000: nombre d’employés dans le monde
  • 1994: année de fondation