La SAQ insiste sur le fait que son objectif est d'inciter la clientèle à boire mieux et non à boire plus.

SAQ Inspire: l’entreprise dit vouloir inciter ses clients à mieux boire

MONTRÉAL —Depuis l’implantation de son programme SAQ Inspire, la société d’État martèle que son objectif de personnalisation de la clientèle est d’inciter à boire mieux et non à boire plus. Les chiffres semblent toutefois démontrer une forte hausse de la consommation.

D’après les données obtenues par La Presse canadienne grâce à la Loi sur l’accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels, le nombre d’abonnés a bondi de 1,39 million en 2015 à 2,38 millions en 2018. Au cours de cette période, les utilisateurs ont cumulé un total de points équivalent à plus de 128 millions $. Les Québécois ont d’ailleurs ainsi pu consommer gratuitement pour plus de 41 millions $ de vins et de spiritueux. 

À LIRE AUSSI :  SAQ Inspire: 128 millions $ d'alcool servi gratuitement aux Québécois

Du même coup, alors que le programme vient de terminer sa quatrième année et que la banque de données recueillies atteint des proportions exponentielles, les volumes des ventes ont explosé. En dollars, la croissance moyenne annuelle des ventes était de 54 millions $ au cours des quatre années précédentes. Puis, en 2018, la croissance des ventes de la SAQ a explosé avec une poussée de 129 millions $. Dans le communiqué de presse qui accompagnait la publication de son rapport annuel, la Société des alcools justifiait la forte hausse des ventes par « une semaine d’exploitation supplémentaire ainsi que deux fêtes de Pâques ». 

Nulle part, on ne mentionne la contribution de la stratégie Inspire. Louis Fabien, professeur agrégé en marketing à HEC Montréal, croit cependant que l’influence du programme n’est pas négligeable. Il confirme qu’Inspire est un programme de récompense dont l’objectif est de stimuler les ventes. « L’idée, comme la plupart de ces programmes-là, c’est de récompenser les consommateurs réguliers. Si quelqu’un achète une bouteille par six mois, ça n’a aucun effet sur son budget, alors que le consommateur de vin régulier, on lui remet des bouteilles gratuites », explique-t-il. 

La porte-parole de la SAQ, Linda Bouchard, nie toute intention d’inciter à la consommation d’alcool. « On ne vous tire pas par la cravate, c’est une offre promotionnelle. En fin de compte, quand vous passez à la caisse, vous n’économisez pas plus, vous n’avez pas plus d’incitatifs à l’achat. »