Saputo, qui a offert environ 1,3 milliard $ CAN pour Murray Goulburn, estime être le partenaire parfait pour le redressement du producteur australien, qui tourne la page sur une année financière décevante.

Saputo veut prendre le pouls de sa nouvelle acquisition en Australie

Une semaine après l’annonce d’une entente qui lui permet de mettre la main sur le plus important producteur laitier d’Australie, le grand patron de Saputo s’apprête à s’envoler vers l’Océanie afin de prendre le pouls de sa nouvelle acquisition, qui doit être redressée.

« Murray Goulburn est une compagnie qui est en détresse au point de vue financier, a expliqué le président et chef de la direction de l’entreprise, Lino Saputo fils, au cours d’une conférence téléphonique. Malheureusement, il y a eu des mauvaises décisions qui ont été prises. Cette coopérative devait trouver une solution. »

Saputo, qui a offert environ 1,3 milliard $ CAN pour Murray Goulburn, estime être le partenaire parfait pour le redressement du producteur australien, qui tourne la page sur une année financière décevante.

La coopérative, qui compte environ 2300 employés et qui exploite 11 usines de fabrication en Australie ainsi qu’en Chine, a affiché une perte d’environ 370 millions $ CAN pour l’année financière 2016-2017.

« Nous croyons qu’il s’agit d’actifs très intéressants et qui sont modernes, a expliqué M. Saputo, qui commentait la transaction pour la première fois. Ce ne sont toutefois pas toutes les usines qui sont gérées de façon efficace. »

De plus, au cours des deux dernières années, Murray Goulburn a vu ses volumes de lait fléchir de 43 pour cent, pour s’établir entre 1,7 et 1,9 milliard de litres. La coopérative a déjà traité 3,5 milliards de litres il n’y a pas si longtemps, a souligné M. Saputo.

« Il n’y a aucune garantie que nous puissions renouer avec ce niveau, a-t-il expliqué aux analystes. Il y a plus de joueurs qui convoitent les volumes. Mais est-ce que nous pouvons générer de la croissance à ce niveau ? Je crois bien que oui. »

À ce chapitre, Saputo (TSX : SAP) mise sur ses liens solides avec les producteurs locaux depuis que la société a mis le pied en Australie en 2014 après avoir acquis Warrnambool Cheese & Butter (WCB).

Dès samedi, M. Saputo s’envole vers la Chine — où il n’a pas eu l’occasion de visiter l’usine de Murray Goulburn — et l’Australie pour aller à la rencontre des producteurs laitiers de ce pays.

« Nous avons une quinzaine d’événements prévus avec des fermiers qui sont ou qui étaient des fournisseurs de la coopérative, a-t-il expliqué. Nous allons pouvoir expliquer notre vision et dévoiler nos intentions. »

Étant donné que Murray Goulburn désirait conclure une transaction avant son assemblée annuelle d’octobre, Saputo a eu peu de temps pour effectuer son contrôle diligent, a expliqué le dirigeant de l’entreprise montréalaise.

En dépit des défis qui se dressent devant la coopérative australienne, Irene Nattel, de RBC Marchés des capitaux, estime que Saputo est en mesure de renverser la vapeur.

« Murray Goulburn permet à Saputo d’être un joueur dominant en Australie, écrit l’analyste dans une note. L’entreprise peut renverser les tendances négatives parce qu’elle a déjà démontré son engagement à l’endroit des producteurs locaux. »

Lors du rendez-vous annuel de Murray Goulburn, des fermiers ainsi que des actionnaires avaient critiqué les dirigeants de la coopérative, déplorant une vente à un joueur étranger.

Bénéfice en baisse

Au deuxième trimestre terminé le 30 septembre, Saputo a vu son bénéfice fléchir de 3,4 pour cent même si ses revenus ont affiché une progression de 1,4 pour cent.

Son bénéfice net s’est établi à 185,2 millions $, ou 47 cents par action, par rapport à 191,8 millions $, ou 48 cents par action, à la même période en 2016.

L’entreprise a expliqué que le chiffre d’affaires de sa division canadienne avait souffert d’une baisse des volumes de ventes et d’une combinaison de produits « défavorable ». Aux États-Unis, les revenus ont grimpé avec le prix moyen du beurre, ainsi qu’une hausse des volumes de ventes et d’une hausse des prix de vente du fromage et des ingrédients laitiers.

La fluctuation du dollar canadien a eu une incidence négative d’environ 78 millions $ sur les revenus du plus récent trimestre.

À la Bourse de Toronto, l’action de Saputo a clôturé à 45,54 $, en baisse de 90 cents, ou 1,94 pour cent.