La dernière innovation d’Amazon dans le monde des paiements aux Etats-Unis s’appelle... l’argent liquide.

Retour à l’argent liquide pour payer chez Amazon aux États-Unis

WASHINGTON - La dernière innovation d’Amazon dans le monde des paiements aux Etats-Unis s’appelle... l’argent liquide.

Le géant du commerce en ligne a annoncé mercredi que ses clients américains pourront désormais utiliser leurs billets verts pour payer leurs achats, à l’aide d’un code unique qu’ils devront présenter dans une agence Western Union.

Ce système, baptisé «Amazon PayCode», existe déjà dans 19 autres pays. Il a été lancé en début d’année dans des pays où la monnaie locale ne pouvait pas être utilisée sur le site en ligne (Chili, Colombie, Indonésie, Kenya, Thaïlande, Taiwan...).

«Nous innovons constamment pour améliorer les conditions dans lesquelles nos clients font du shopping et nous sommes fiers d’étendre le «PayCode» à nos clients aux Etats-Unis», a déclaré Ben Volk, directeur des paiements chez Amazon.

Le communiqué cite la Réserve fédérale de San Francisco, qui a montré que 77% des paiements aux Etats-Unis ont été réalisés en personne en 2018. L’argent liquide a représenté 39% du volume total.

Les consommateurs américains pourront payer dans une des 15 000 branches de Western Union, une entreprise spécialisée dans les transferts d’argent à l’international, sans frais supplémentaires.

«Nos clients nous ont dit qu’ils adorent le côté pratique de payer en liquide. Avec Western Union, nous allons ainsi leur proposer plus de choix, afin qu’ils payent pour leurs achats en ligne de la façon la plus pratique pour eux», a ajouté Ben Volk.

Cette option va s’intégrer au système «Amazon Cash», qui permet déjà de faire ajouter du crédit sur un compte en ligne en payant en liquide chez certains partenaires comme les pharmacies CVS ou les magasins 7-Eleven.

L’argent liquide s’est progressivement effacé du quotidien de nombreux consommateurs, entre les cartes de paiements et la panoplie de services financiers en ligne et sur mobile, mais certaines associations luttent contre cette tendance car les personnes qui n’ont pas de compte en banque peuvent se retrouver d’autant plus isolées.

Cette évolution présente aussi des risques pour la protection de la vie privée, alors que certaines technologies de paiements reposent désormais sur une identification biométrique (empreinte digitale ou reconnaissance faciale).