L’«Impossible Whopper» a propulsé Burger King vers sa meilleure augmentation des ventes comparables du troisième trimestre en quatre ans.

Restaurant Brands hausse son profit au grâce à Burger King et Popeyes

Le désintérêt des consommateurs pour le menu du dîner chez Tim Hortons a pesé sur les ventes de la chaîne de cafés au cours du dernier trimestre, même si les revenus de sa société mère, Restaurant Brands International, ont bondi grâce aux deux autres enseignes, Burger King et Popeyes Louisiana Kitchen.

Le chef de la direction de RBI, Jose Cil, a affirmé lundi que les profits de Tim Hortons «n’étaient pas aussi bons que nous le souhaiterions», en particulier en raison de son offre de produits pour le dîner comme des sandwichs et des wraps.

Tim Hortons a éliminé de son menu en septembre les hamburgers Beyond Meat, deux mois après lancé ce sandwich garni de protéines végétales dans la plupart de ses quelque 4000 établissements canadiens.

«Nous avons observé (...) un certain enthousiasme pour le produit. Mais nous l’avons lancé comme une offre de durée limitée et lorsque cette période s’est achevée, nous avons décidé qu’il était préférable de le supprimer du menu et peut-être d’envisager d’autres solutions plus tard», a expliqué M. Cil dans un entretien téléphonique après la publication des derniers résultats financiers de l’entreprise.

Les ventes des cafés Tim Hortons ouverts depuis au moins un an ont diminué de 1,4 % au cours du trimestre clos le 30 septembre, une faiblesse qui a été contrebalancée par les solides performances de Burger King et Popeyes.

Le nombre de cafés Tim Hortons dans le monde a progressé de 1,7 % pour atteindre 4887.

Succès des protéines végétales chez Burger King

Les résultats ont été meilleurs du côté de Burger King et de Popeyes, notamment grâce à un autre produit de «fausse viande» végétale plus performant.

L’«Impossible Whopper» a propulsé Burger King vers sa meilleure augmentation des ventes comparables du troisième trimestre en quatre ans, a souligné RBI.

RBI a fait état d’une augmentation de près de 5 % des ventes des établissements de Burger King ouverts depuis au moins un an aux États-Unis au plus récent trimestre, attribuant cette croissance au lancement au nouveau hamburger «Impossible».

Burger King a annoncé en août qu’il commencerait à vendre la version à base de protéines végétales de son burger signature à l’échelle nationale après un essai réussi sur sept marchés. La chaîne avait commencé à vendre ses hamburgers à base de soja, produits par Impossible Foods, en avril.

RBI a également précisé que Popeye’s avait enregistré une croissance de ses ventes comparable de plus de 10 % aux États-Unis, enregistrant l’un de ses meilleurs trimestres en près de deux décennies. La chaîne a offert un sandwich au poulet d’une durée limitée au cours de l’été et a annoncé lundi qu’il serait de retour sur ses menus les dimanches.

M. Cil a souligné le déploiement du programme de fidélisation de Tim Hortons, dont les rabais promotionnels ont nui aux résultats financiers. Il a reconnu que «les rabais ont légèrement eu le dessus sur l’incidence de la (hausse) des niveaux d’achalandage, ce qui a introduit une certaine faiblesse dans les ventes.»

La plupart des consommateurs fidèles — plus de sept millions de personnes s’étaient inscrites au programme en date d’août — utilisent toujours une carte plutôt que l’application de Tim Hortons, a observé le chef de l’exploitation, Joshua Kobza. Les cartes, même si elles encouragent les gens qui n’utilisent pas un téléphone intelligent, ne peuvent pas envoyer de notifications ou de rappels aux amateurs de café pour en faire des consommateurs plus «connectés», a-t-il noté.

«Nous travaillons toujours là-dessus», a indiqué M. Kobza aux investisseurs lors d’une conférence téléphonique, lundi.

RBI, établie à Toronto, a enregistré un chiffre d’affaires de 1,46 milliard $ US pour le trimestre, comparativement à celui de 1,38 milliard $ US de l’an dernier.

La société a engrangé un bénéfice attribuable aux actionnaires ordinaires de 201 millions $ US, ou 75 cents US par action, pour le trimestre clos le 30 septembre. En comparaison, elle avait réalisé un bénéfice de 134 millions $ US, ou 53 cents US par action, un an plus tôt.

Sur une base ajustée, Restaurant Brands a dit avoir gagné 72 cents US par action au plus récent trimestre, un chiffre en hausse par rapport à celui de 63 cents US du même trimestre l’an dernier. Ce résultat était essentiellement conforme aux attentes des analystes, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv.