Malgré le feu vert des autorités québécoises, ce ne sont pas tous les commerces de l’Outaouais qui le pouvaient qui ont choisir de rouvrir leurs portes au grand public lundi.
Malgré le feu vert des autorités québécoises, ce ne sont pas tous les commerces de l’Outaouais qui le pouvaient qui ont choisir de rouvrir leurs portes au grand public lundi.

Reprise timide des activités commerciales en Outaouais [PHOTOS]

Malgré le feu vert des autorités québécoises, ce ne sont pas tous les commerces de l’Outaouais qui le pouvaient qui ont choisir de rouvrir leurs portes au grand public lundi.

La succursale gatinoise de la Librairie du soleil n’a pas accueilli de clients, lundi matin. «On n’est pas prêt, explique la propriétaire, Francine Mercier-Chevrier. On prend les commandes pour les cueillettes à la porte, on répond aux appels et aux courriels et on prend les commandes sur le site Leslibraires.ca, mais on n’était pas prêt à rouvrir parce qu’honnêtement, on a une petite crainte.»

À LIRE AUSSI : Réouverture d’entreprises ontariennes sous le signe de la prudence

Cette crainte, c’est celle des employés, qui est partagée par la propriétaire. Les écrans protecteurs de plexiglas ne sont pas encore installés et un éventuel va-et-vient de clients inquiète. «C’est difficile de se promener dans une librairie sans toucher les livres», expose Mme Mercier-Chevier.

Francine Mercier-Chevrier

La femme d’affaires veut «laisser retomber la poussière» avant d’envisager une réouverture. Lorsque ce jour sera venu, le nombre de clients admis simultanément sera limité.

Les commandes en ligne «ont énormément» augmenté pour la Librairie du soleil, qui a aussi dû fermer sa succursale d’Ottawa à la mi-mars. Le chiffre d’affaires est toutefois bien loin de celui observé lorsque les clients peuvent s’y présenter physiquement.

Dans une semaine pour Le Local

À la boutique Le Local, dans le Vieux-Hull, Marie-France Roy et Marc Gagné ont aussi choisi de ne pas ouvrir leurs portes lundi. Les clients ne pourront y retourner que le 11 mai, avec rendez-vous.

Le casse-tête des jeunes enfants sans garderie et les craintes présentes au sein de l’équipe ont motivé cette décision. Il n’est pas exemple pas évident d’essayer des vêtements en temps de pandémie. «On va recommencer à un rythme où on se sent confortable, note Mme Roy. […] On s’est aussi dit qu’il y a plein de gens qui ne vont pas venir maintenant parce qu’ils ne sont pas non plus confortables, mais d’autres vont venir pour des cadeaux.»

Le commerce de la rue Eddy va donc rouvrir avec des heures réduites, en acceptant seulement deux clients à la fois. La boutique continuera aussi de vendre ses produits en ligne, un service offert aux clients depuis la fin 2019.

L’espoir de la fête des Mères

Au Fleuriste Saint-Joseph, les lettres rouges du panonceau lumineux affichaient la mention «ouvert» pour la première fois depuis la mi-mars. La propriétaire, Sylvie Touchette, était satisfaite de pouvoir reprendre ses activités avant la fête des Mères.

«Sauf que la journée de la fête des Mères, on n’a pas le droit d’être ouvert, souligne-t-elle. Nos achats de fleurs sont faits depuis le mois de décembre, donc c’est une réorganisation pour qu’on puisse passer nos commandes de fêtes des Mères le vendredi et le samedi. Dimanche, on pourra juste faire la livraison.»

Sylvie Touchette

Les mesures mises de l’avant au cours des dernières semaines pour limiter la propagation de la COVID-19 ont évidemment eu de lourds impacts financiers. Mme Touchette rapporte avoir «perdu beaucoup de stock» en devant fermer son commerce à la mi-mars. «On a manqué Pâques et la Semaine des secrétaires», se désole-t-elle.

La Coopérative funéraire de l’Outaouais étant son plus gros client, l’arrêt des funérailles dans leur forme classique fait aussi très mal au chiffre d’affaires.

Fleuriste Saint-Joseph a repris la livraison mercredi dernier, quelques jours avant l’ouverture des portes aux clients, qui doivent bien sûr se désinfecter les mains en y posant le pied. Pour l’instant, la plupart des commandes arrivent par téléphone. Sylvie Touchette n’a toutefois aucune idée de ce l’avenir lui réserve. «J’espère que le monde va comprendre d’acheter local», lance-t-elle en invitant la population à soutenir les fleuristes de la région en évitant d’acheter leurs bouquets dans les magasins à grande surface.

Vêtements pour homme

À la boutique de vêtements pour homme Mode Mobile, les copropriétaires Alexandre d'Aoust et Hugo Varin étaient bien heureux de rouvrir les portes sur le boulevard Maloney Est après six semaines de fermeture forcée. Ils n'étaient toutefois pas restés les bras croisés durant cette période. 

«Mais on a quand même bien tiré notre épingle du jeu avec beaucoup d'activités sur Facebook, comme des ventes aux enchères. Les gens ont continué de nous encourager. On a maintenu un certain nombre de ventes, ça aura permis de payer notre loyer. On se compte chanceux pour ça. Sauf que nous sommes contents de rouvrir après un mois et demi car on commençait à manquer d'imagination un peu», lance M. D'Aoust. 

Hugo Varin et Alexandre D'Aoust

La boutique a fait l'achat de masques et de liquide désinfectant, sans compter qu'un maximum de trois clients pourront se trouver simultanément à l'intérieur. 

Pour un tel magasin, l'annulation ou le report des bals de finissants, jumelé aux mariages qui connaîtront le même triste sort, fait mal. On parle d'une baisse d'environ 30% du chiffre d'affaires. 

«C'est plusieurs milliers de dollars. On va donc changer l'offre de produits un peu, il y aura plus de vêtements de type 'décontractés' cette année. Il va se vendre moins d'habits cette année, c'est certain, alors il faut s'adapter», note le jeune homme d'affaires.

À quelques coins de rue de là, la Librairie Louis-Fréchette, qui fait partie du paysage gatinois depuis 1974, ne rouvrira ses portes que dans quelques jours. 

«C'est d'abord et avant tout simplement une question de risque. J'ai un certain âge, si j'avais eu 30 ans je serais rouvert. Pendant que c'est tranquille, j'en profite pour faire toutes sortes de choses que je n'ai pas le temps de faire habituellement. Je ne suis pas en peine à me demander si je pourrai y arriver, je n'en suis pas à mon dernier retranchement. Je suis chez nous, alors je n'ai pas de problème de loyer. J'ai une certaine solidité qui me permet de gagner du temps. Je vais prendre une journée ou deux pour voir les choses venir. Je suis disponible si une école m'appelle et j'expédie de petites choses», de dire le propriétaire, Louis Prud'homme.

Parmi les mesures mises en place dans son commerce, notons l'installation d'un écran de protection en plexiglas à la caisse, sans compter que le principal intéressé est à la recherche d'une visière. 

Articles de sport

Au magasin Sports Experts / Atmosphère des Promenades Gatineau, les pastilles au sol rappelant la distanciation physique, les affiches sur les tablettes, les nombreuses grandes bouteilles de gel désinfectant, les masques que portent la majorité des employés, les écrans en plexiglas et les stations de lavage des mains nous rappellent que le magasinage ne sera plus jamais pareil dans les mois à venir.

Le Sports Experts / Atmosphère des Promenades Gatineau

«Nous étions prêts à 100% ce matin, on a commencé à travailler lundi dernier sur la préparation à l'ouverture. Avec le changement de saison, il restait encore l'inventaire d'hiver, alors là c'était le gros rush pour sortir le stock de printemps et d'été. Il a ensuite fallu rappeler une bonne partie de nos employés, car on avait dû faire 137 mises à pied. La réponse était très positive, tout le monde avait hâte de revenir», affirme le copropriétaire du magasin, Pierre Champagne.

Ayant une seule porte d'entrée actuellement, il ne cache pas que les affaires pourront reprendre davantage de vigueur lorsque le reste du centre commercial aura le feu vert pour rouvrir les portes. Il avoue souhaiter que ceci se concrétise dans la deuxième partie du mois de mai. 

L'essayage de vêtements et d'espadrilles s'avère aussi un beau casse-tête: en quelques heures seulement lundi, 51 paires d'espadrilles avaient été testées par des clients pour ensuite être condamnées dans l'arrière-boutique afin qu'elles soient désinfectées avant d'être de nouveau disponibles pour être vendues. 

Le Sports Experts / Atmosphère des Promenades Gatineau

«En 33 ans en affaires pour moi, une telle situation est une première et j'espère que c'est la dernière. En mars, les ventes ont reculé de 54%. Là, on rouvre et ça va bien, je dois dire. On est en mode rattrapage. Les gens achètent beaucoup en ligne, mais ils aiment encore aussi voir le stock, le toucher, l'essayer», rigole M. Champagne, ajoutant qu'il voit «les beaux jours» à l'horizon.

Aux Promenades Gatineau, la réouverture autorisée à partir de lundi ne touche que certains commerces, puisque les directives gouvernementales exigent qu'ils aient une porte donnant sur l'extérieur pour accueillir des clients.

Le centre commercial indique que les magasins Archambault, Le Marché du store, Sports Experts et Urban Planet ont rouvert leurs portes. L'ouverture du magasin La Baie est prévue le 11 mai, tandis que celle du Simons doit avoir lieu le 19 mai.