Le concessionnaire automobile Laplante Chevrolet Buick GMC à Casselman
Le concessionnaire automobile Laplante Chevrolet Buick GMC à Casselman

Réouverture d’entreprises ontariennes sous le signe de la prudence

La sécurité et la prudence étaient la priorité pour la première journée de relance de certaines entreprises ontariennes.

La formation sur les mesures de protection, c’est vraiment la priorité», indique le propriétaire de Hansen Lawn & Gardens et vice-président de Paysagement Ontario, Ed Hansen.

À LIRE AUSSI : Reprise timide des activités commerciales en Outaouais

Depuis que le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a annoncé que la reprise des activités de certaines entreprises serait permise lundi, M. Hansen dit qu’il a commencé à préparer ses employés à la réalité du travail en temps de pandémie mondiale.

Scénario similaire chez Laplante Chevrolet Buick GMC à Casselman. Le volet service à la clientèle de l’entreprise — particulièrement le garage automobile — est considéré un service essentiel depuis le début de la crise de la COVID-19, mais depuis lundi, les essais routiers et les rencontres avec un vendeur peuvent reprendre avec un rendez-vous.


« On va dans la bonne direction et on commencer à voir la lumière au bout du tunnel »
Stéphanie Laplante

La directrice générale du concessionnaire automobile de l’Est ontarien, Stéphanie Laplante, dit avoir réaménagé sa salle de montre pour que les vendeurs puissent rencontrer un client tout en respectant les consignes de distanciation physique.

«On pouvait vendre en ligne, mais pas offrir d’essais routiers. Certains clients n’étaient pas prêts à faire un investissement de cette importance sans essayer le véhicule. On ne peut pas blâmer le client», explique Mme Laplante.

Le propriétaire de Primo Landscaping, Dominic Tatasciore, est bien heureux d’avoir pu reprendre le travail, mais souligne que les consignes de santé publique entraînent inévitablement des coûts supplémentaires pour son entreprise.

«C’est beaucoup plus de logistique et de coûts qu’à l’habitude. Habituellement, on peut embarquer quatre ou cinq employés dans le même véhicule, indique M. Tatasciore. J’en ai aussi pour un bon 45 minutes ce soir pour tout nettoyer notre matériel et les véhicules.»

Le propriétaire de Hansen Lawn & Gardens et vice-président de Paysagement Ontario, Ed Hansen

Reprise qui arrive à point

«On va dans la bonne direction et on commencer à voir la lumière au bout du tunnel», lance la directrice générale de Laplante Chevrolet Buick GMC, ajoutant que le printemps est normalement la saison haute pour les ventes d’automobiles.

De son côté, Ed Hansen affirme qu’en raison de la nature du travail d’une entreprise de paysagement, il aurait été difficile de maintenir l’interdiction d’effectuer ce type d’ouvrage encore longtemps.

«En raison de mon rôle de vice-président de Paysagement Ontario, je peux vous dire que notre industrie qui représente plusieurs millions de dollars chaque année dans l’économie provinciale aurait vu environ 50% de ses entreprises risquer une fermeture si ça s’était poursuivi jusqu’en juin ou juillet», soutient le propriétaire de Hansen Lawn & Gardens.

De son côté, le propriétaire de Primo Landscaping reconnaît que les dernières semaines ont été difficiles, mais il se réjouit d’avoir gardé une bonne réserve de fonds en cas d’imprévus, ce qui lui a permis à son entreprise de continuer le paiement de ses factures, sans trop souffrir durant la crise.

«Il reste qu’on a des nouveaux camions à payer et que je veux offrir de bonnes conditions de travail pour garder mes employés, lance Dominic Tatasciore. Si je pouvais contrôler la météo maintenant, je prendrais six jours de soleil et de la pluie le dimanche pour arroser les parterres un peu et avoir une semaine de travail complète pour rattraper le retard sur notre horaire habituel.»