Pour l’année financière terminée le 31 mai dernier, le FTQ a engrangé un profit de 1,13 milliard $.

Rendement de 7,8 % l’an dernier pour le FTQ

MONTRÉAL — Après avoir réalisé un rendement de 7,8 % l’an dernier, le Fonds de solidarité FTQ s’estime bien positionné pour continuer à tirer son épingle du jeu dans un contexte grandissant d’incertitude économique.

Pour l’année financière terminée le 31 mai dernier, l’organisation a engrangé un profit de 1,13 milliard $ — un record, affirme-t-elle — alors que les rendements ont été positifs dans toutes les catégories d’actifs.

S’il a dit être satisfait des résultats du dernier exercice, vendredi, au cours d’une entrevue téléphonique, le président et chef de la direction du Fonds, Gaétan Morin, a néanmoins joué la carte de la prudence en vue de la prochaine année.

« Sur un horizon de 2019, on ne voit pas de signaux si négatifs que cela, a-t-il dit. Par contre, il faut demeurer prudent lorsqu’on est dans une phase de ralentissement économique. »

Alors que les États-Unis sont entrés dans la plus longue phase d’expansion économique de leur histoire, leur dispute commerciale avec la Chine — qui se traduit par une imposition massive de tarifs de part et d’autre — constitue le principal risque à la santé de l’économie mondiale, selon le Fonds monétaire international.

Interrogé à ce sujet, M. Morin n’a pas caché que les tensions commerciales sont au cœur des préoccupations des investisseurs, dont le Fonds.

« Souvent, les économistes disent qu’une période de croissance économique ne meurt pas de vieillesse, a-t-il dit. Elle pourrait par contre mourir à cause de décisions géopolitiques. »

Selon une note publiée à la fin juin par le Mouvement Desjardins, si le produit intérieur brut de la province a augmenté de 2,4 % au premier trimestre, les exportations ainsi que les investissements des entreprises ont affiché des replis.

L’économiste principale Hélène Bégin, qui signe le document daté du 26 juin, souligne que « l’économie du Québec se porte bien, mais (que) le contexte s’assombrit pour les entreprises ».

« Il y a certains indices qui demeurent dans le vert, mais d’autres sont dans le jaune, a observé M. Morin. Je pense qu’il faut demeurer prudent. »

L’an dernier, le rendement annuel du Fonds — qui ne tient pas compte de l’impact des crédits d’impôt provincial et fédéral pour cotisations aux fonds de travailleurs — avait été de 7,5 % tandis que les profits s’étaient établis à 1 milliard $.

Au cours du dernier exercice, le portefeuille d’investissements en capital de développement auprès des entreprises québécoises a généré un résultat de 12,4 %, alors que la performance des « autres investissements », qui tiennent compte des titres à revenu fixe, des actions et des autres titres, a été de 5,5 %.

L’actif net de l’investisseur institutionnel était de 15,6 milliards $ à la fin de l’exercice, par rapport à 14,3 milliards $ il y a un an. Le Fonds a également ajouté 26 940 actionnaires, pour un total de 694 357. De plus, le fonds de travailleurs a attiré 107 nouvelles entreprises parmi ses partenaires, alors que la croissance avait été de 105 à ce chapitre l’an dernier.

En date de vendredi, la valeur de l’action de l’organisation était de 43,90 $, en hausse de 2,29 $ par rapport à janvier et de 3,17 $ par rapport à il y a un an.