Redéfinir Ottawa en 2017

Le Canada célèbre en 2017 le 150e anniversaire de la Confédération. Et tous les yeux, et bien des porte-feuilles seront rivés vers la région de la capitale nationale, qui attend les visiteurs avec une programmation béton. Plus qu'une célébration, cette grande fête cherche à repositionner Ottawa sur l'échiquier économique.
Grand chef d'orchestre des célébrations, Guy Laflamme le dit d'emblée, Ottawa 2017 a une mission économique bien précise : repositionner la capitale aux yeux des investisseurs. La ville d'Ottawa est un lieu propice pour faire des affaires et il compte diffuser ce message aux quelque 11 millions de participants attendus lors des différentes festivités.  
Quand il a été invité en 2014 par le maire d'Ottawa, Jim Watson, à prendre la direction de ce projet, il a mis en application ce qu'il a enseigné pendant 25 ans à ses étudiants de l'École de gestion Telfer de l'Université d'Ottawa : l'importance d'un bon plan d'affaires. «Le plan d'affaires d'Ottawa 2017 compte 400 pages. Cela a été pénible ! J'ai ressenti l'horreur que je faisais vivre à mes étudiants ! avoue-t-il en riant. Je me disais que nous allions être bon si nous appliquions le quart, voire la moitié de ce plan. Mais au final, toutes les 400 pages de ce plan d'affaires verront le jour en 2017.»
L'ancien vice-président principal, Expérience de la capitale pour la Commission de la capitale nationale (CCN) est bien connu du milieu culturel. C'est lui qui a piloté tous les grands événements de la CCN depuis 2005, que ce soit le spectacle de la fête du Canada ou encore le Bal de neige. Il a aussi dirigé le passage à l'an 2000 avec un grand spectacle présenté à l'extérieur du Casino du Lac-Leamy.
L'influence de Québec
Le directeur général d'Ottawa 2017, Guy Laflamme
Guy Laflamme s'est beaucoup inspiré des festivités du 400e de Québec en 2008 pour établir les grandes lignes d'Ottawa 2017. Il a épluché tous les sondages (près de 600), étudié ce qui avait été fait lors des 125e et 100e anniversaires de la Confédération; rien n'a été laissé au hasard. «Après le 400e de Québec, le niveau de fierté des citoyens à grimper de 20%. Nous voulons recréer la même chose pour Ottawa. Les histoires de nos villes sont équivalentes. Ottawa vit déjà une transformation physique. Nous n'avons qu'à penser à l'O-Train, aux ensembles résidentiels qui sont sans précédent, au développement des plaines Le Breton, etc. Nous devons maintenant aussi faire évoluer l'identité de la ville et c'est un objectif que nous pouvons atteindre avec Ottawa 2017.»
Un budget de 30 millions 
Guy Laflamme souhaite non seulement faire vibrer la capitale, mais aussi démontrer aux grandes entreprises qu'elles sont les bienvenues. «Il faut avant tout repositionner Ottawa comme une ville dynamique.» La ville d'Ottawa a injecté 5,9 millions$ dans l'aventure, alors que le gouvernement de l'Ontario a avancé la somme de neuf millions et le fédéral cinq millions. L'apport du secteur privé se chiffre à dix millions. 
«Nous pouvons compter sur la participation d'une vingtaine de partenaires majeurs comme CIBC, Roots et Bell», cite à titre d'exemples celui qui a travaillé en solo lors des six premiers mois de son mandat. Aujourd'hui, le bureau du 150e compte une équipe de 17 employés et une armée de 3000 bénévoles. 
Une carte blanche
Le directeur général du Bureau d'Ottawa 2017 a eu carte blanche pour bâtir la programmation. Une confiance qui s'est traduite avec un accueil positif, même si certaines de ses idées étaient pour le moins audacieuses. Comme utiliser les 70 places de stationnement de la rue York dans le Marché By pour y déposer une vingtaine de conteneurs maritimes et ainsi créer le Village de l'inspiration, qui sera le coeur des célébrations d'Ottawa 2017.
L'ADN de la programmation est composé des mots audacieux et intense. Il a choisi de miser sur 17 événements éphémères pour créer un facteur «wow». Pas moins de 170 événements majeurs sont prévus au cours de l'année. Des événements qui marqueront ainsi l'imaginaire que ce soit le yoga sur la berge, le repas gastronomique sur la rue Wellington ou le pique-nique sur le pont interprovincial Alexandra . «Nous allons changer les mentalités en créant cette idée qu'Ottawa devient l'endroit où il faut être en 2017.»
Si le caractère éphémère de certains événements a été mis de l'avant, Guy Laflamme insiste pour dire que les retombées seront quant à elles plus durables. «Quand nous avons négocié pour obtenir le Red Bull Crashed Ice, il a été convenu que l'événement allait revenir dans la capitale dans trois ans.» 
Trousses d'apparat
Ottawa 2017 entraînera la création de 3000 emplois directs et indirects. Pour prendre part aux festivités, les entrepreneurs du côté ottavien seront bientôt invités à mettre la main sur une trousses d'apparat gratuite qui sera adaptée à leur type de commerce, que ce soit l'hôtellerie, la restauration ou le commerce au détail. Les commerces et entrepreneurs locaux peuvent aussi produire des biens destinés à la vente aux couleurs des festivités, sur approbation du Bureau d'Ottawa 2017.
Appui d'organismes communautaires
Guy Laflamme est plus qu'heureux de la réception du monde des affaires. Un accueil qui a été tout aussi chaleureux auprès des organismes communautaires. Pas moins de 49 d'entres-eux se partageront des subventions totalisant 200 000$ pour planifier des événements qui viendront se greffer à la programmation du 150e anniversaire de la Confédération. 
«L'implication du milieu communautaire est importante. Dans une célébration comme Ottawa 2017, tous les secteurs de la collectivité doivent travailler ensemble», souligne Guy Laflamme.