Les femmes sont de meilleures leaders en temps de crise

Pierre Théroux
Collaboration spéciale

Proximité PME présente des contenus qui mettent en valeur des approches et pratiques, d’ici et d’ailleurs, à la fois innovantes et inspirantes. À surveiller le samedi: des cas d’entreprises du Québec qui s’illustrent sur des enjeux importants du monde des affaires. 

***

Les femmes se butent souvent au plafond de verre. Cette expression bien connue, qui exprime leurs difficultés d’accès à des postes de direction, a aussi sa contrepartie: la falaise de verre, qui illustre la tendance à les nommer à des postes de pouvoir quand le bateau coule. Comme Mary Barra, arrivée pour redresser le fabricant automobile General Motors ou encore Carly Fiorina, recrutée pour transformer Hewlett Packard.

Mais quand les femmes ont enfin la chance de faire leurs preuves à un poste de direction, elles ont généralement tendance à être de meilleures leaders et mieux performer, particulièrement en temps de crise, affirme le magazine Harvard Business Review, qui fait notamment état de cet accomplissement pendant l’actuelle pandémie.

Une étude menée dans des entreprises entre mars et juin 2020 démontre en effet que les dirigeantes ont été considérées comme des leaders plus efficaces. L’écart d’évaluation s’est même avéré plus grand que mesuré dans une étude réalisée en 2019 pour évaluer le leadership de plus de 60 000 dirigeants (22 603 femmes et 40 187 hommes).

Les femmes ont été mieux notées dans 13 des 19 compétences de la grille d’évaluation, telles que «inspire et motive», «communique puissamment», «collaboration / travail d’équipe». L’étude réalisée pendant la pandémie révèle aussi que les employés veulent notamment des leaders qui mettent l’accent sur le développement des employés, même lorsque les temps sont durs, qui font preuve d’honnêteté et d’intégrité ou qui sont sensibles au stress et à la frustration ressentis par les gens. Or, l’analyse démontre que ces traits sont le plus souvent affichés par les femmes.

Avec la participation de l’École d’Entrepreneurship de Beauce