Les chocs émotionnels de la retraite

Pierre Théroux
Collaboration spéciale

Proximité PME présente des contenus qui mettent en valeur des approches et pratiques, d’ici et d’ailleurs, à la fois innovantes et inspirantes. À surveiller le samedi: des cas d’entreprises du Québec qui s’illustrent sur des enjeux importants du monde des affaires. 

***

La population québécoise vieillit et des milliers de propriétaires ou gestionnaires d’entreprises prendront leur retraite ces prochaines années. Ce départ massif n’est pas un défi seulement pour les organisations, mais aussi pour les futurs retraités eux-mêmes qui risquent de vivre d’importants chocs émotionnels, relate le magazine Forbes.

La retraite s’accompagne généralement d’un grand sentiment de vide. Ceux qui avaient l’habitude de se présenter en tant que PDG ou vice-président de la compagnie X, ou encore associé du cabinet d’avocats Y, devront maintenant le dire au passé et pourraient ressentir une certaine perte d’identité. Les dirigeants habitués à se définir par leur rôle et fonction devront rapidement trouver une activité leur permettant de retrouver une nouvelle identité plus actuelle.

La perte de structure peut aussi s’avérer difficile à vivre. Se rendre au bureau tous les matins, du moins avant la pandémie, assister à des réunions ou être appelé régulièrement à prendre des décisions importantes sont autant de situations dont l’absence pourrait engendrer des périodes d’anxiété. La perte de liens sociaux n’est pas non plus négligeable. La crise de la COVID-19, qui a engendré des périodes de confinement et de travail à distance, donne un avant-goût de l’importance d’avoir des relations humaines avec des collègues, des clients ou autres personnes rencontrées au quotidien.

La conscience de soi est la clé pour traverser avec succès cette nouvelle phase de la vie. Poursuivre de nouveaux intérêts ou s’adonner à des passe-temps sont certes des activités utiles, mais il importe avant tout de bien assimiler le chemin émotionnel à traverser, conclut l’article.

Avec la participation de l’École d’Entrepreneurship de Beauce