L’art de prendre des décisions: les conseils d’une championne de poker

Pierre Théroux
Collaboration spéciale

Proximité PME présente des contenus qui mettent en valeur des approches et pratiques, d’ici et d’ailleurs, à la fois innovantes et inspirantes. À surveiller le samedi: des cas d’entreprises du Québec qui s’illustrent sur des enjeux importants du monde des affaires. 

***

Un dirigeant ou gestionnaire d’entreprise passe son temps à prendre des décisions. Des décisions qui devraient reposer davantage sur une approche systémique, plutôt que sur des intuitions, indique le magazine Strategy + Business, dans un article relatant une entrevue avec une ancienne championne de poker dont les études en psychologie cognitive l’amènent aujourd’hui à conseiller des dirigeants d’entreprises.

Si, comme au poker, la chance joue un rôle important et a une influence sur la façon dont se déroulent les choses, il est préférable de miser et se concentrer sur des éléments connus qui peuvent être contrôlés, affirme Annie Duke, dont le dernier livre How to Decide, recense les erreurs commises lors de prises de décision.

En général, les gens ne réfléchissent pas de façon suffisamment ordonnée à leurs processus de décision et ont tendance à ne pas se souvenir de façon objective de leurs décisions prises dans le passé. Ils ont trop souvent tendance à parier sur leur instinct, ce qui est particulièrement dangereux pour les personnes qui ont réussi car leurs succès antérieurs leur donnent une trop grande confiance.

Les personnes qui ont une intelligence plus élevée ont d’ailleurs trop tendance à se fier à leur instinct. Ils ont un modèle en tête, qui fonctionne depuis longtemps, mais qui peut s’enraciner. Ils sont plus susceptibles de se concentrer sur les données qui correspondent et même renforcent leur modèle, plutôt que d’ajuster ce modèle pour colliger de nouvelles données. Même si, dans certains cas, l’intuition se justifie, elle s’avère risquée s’il s’agit d’une croyance fermement ancrée en une personne.

Pour en savoir plus: Stop trusting your gut

Avec la participation de l’École d’Entrepreneurship de Beauce