Comment améliorer le bonheur au travail

Pierre Théroux
Collaboration spéciale

Proximité PME présente des contenus qui mettent en valeur des approches et pratiques, d’ici et d’ailleurs, à la fois innovantes et inspirantes. À surveiller le samedi: des cas d’entreprises du Québec qui s’illustrent sur des enjeux importants du monde des affaires. 

***

La plupart des entreprises souhaitent que leurs employés puissent s’épanouir et être heureux dans leur travail. Mais c’est plus difficile qu’il n’y paraît et l’actuelle pandémie a évidemment accentué les risques psychosociaux et les problèmes de santé mentale au sein des entreprises.

Or, certaines interventions visant à améliorer le bien-être des employés fonctionnent mieux que d’autres, indique un article du magazine Forbes qui rend compte d’une étude universitaire ayant analysé l’efficacité de différentes approches mises de l’avant ces 20 dernières années. Ce sont les interventions de nature psychologique qui s’avèrent les plus efficaces pour accroître le bonheur des employés, révèle l’étude.

Les chercheurs ont découvert plus particulièrement que des sessions de formation à la pleine conscience augmentaient la satisfaction professionnelle et personnelle des employés. Une formation sur le thème d’un meilleur équilibre entre le travail et la famille et sur les compétences parentales accentuait également la satisfaction au travail. Enfin, un programme de formation à la résilience entraînait un plus grand sentiment d’utilité.

Par ailleurs, les programmes d’activité physique ou de relaxation montrent généralement un effet positif léger sur l’épanouissement des employés. L’amélioration de la dynamique en milieu de travail, comme une meilleure communication au sein des équipes, a également généré des effets bénéfiques légers. Les interventions relatives à l’ergonomie, comme des exercices posturaux, ne semblent pas non plus avoir d’impact significatif. D’autres initiatives mises en place par certaines entreprises, comme celle d’offrir des fruits frais sur les lieux de travail, n’ont pas non plus porté... fruit!

Avec la participation de l’École d’Entrepreneurship de Beauce