Originaire de Saguenay, Marc Smith est directeur Stratégie et développement du marché du cybercommerce chez Postes Canada.

Postes Canada: plus de colis que d’adresses au pays

Au cours des deux prochaines semaines, Postes Canada livrera plus de colis qu’il existe d’adresses au pays. Un peu plus de 20 millions de produits achetés en ligne se retrouveront dans certains des quelque 15 millions de foyers canadiens.

Et ces chiffres continueront d’exploser, prévient Marc Smith, directeur, Stratégie et développement du marché du cybercommerce chez Postes Canada.

« Chaque année, on remarque une hausse de 20 % à 25 %. L’an dernier, dans la période des Fêtes, on a enregistré quatre jours avec des records de 1,3 million de colis livrés. Cette année, en décembre, on parle de 15 jours à 1,3 million de colis », précise M. Smith, originaire de Saguenay. 

Les deux tiers des colis au pays sont livrés par Postes Canada. L’explosion de la demande a poussé l’organisation à louer des camions, à doubler sa force aérienne et à engager du personnel supplémentaire. À Saguenay, les facteurs livrent 2500 colis par jour pendant la période des Fêtes. 

« On est équipés pour livrer à temps », assure Marc Smith, de passage à Chicoutimi pour rencontrer la presse et les employés.

M. Smith conseille toutefois aux clients de s’assurer des délais de livraison offerts par les entreprises en ligne. Pour les commerces canadiens, les délais sont moins longs et plusieurs garantissent une livraison à temps pour Noël. Mais pour les entreprises étrangères, les clients doivent faire vite, croit le directeur.

« On voit le volume de produits achetés à l’étranger et c’est énorme. Pour que ça arrive à Noël, ça prend des garanties de livraison. Les gens doivent vérifier cela lorsqu’ils achètent en ligne. Lorsque c’est commandé à temps, il n’y a pas de problème », conseille le directeur de Postes Canada. 

Marc Smith prévient également les enfants qu’ils ont jusqu’à lundi pour écrire au père Noël. 

« Chaque année, il reçoit 1,6 million de lettres en 36 différentes langues. Avec l’aide des lutins bénévoles, il répond à chaque enfant qui a envoyé une lettre », rappelle le Saguenéen d’origine.