Le coût des problèmes découlant du système de paie Phénix devrait dépasser 1 milliard $ d’ici la fin de l’année.

Phénix: l’hémorragie semble être stoppée

Le gouvernement fédéral a offert vendredi une faible lueur d’espoir aux employés fédéraux qui éprouvent des problèmes de rémunération, alors que des discussions sont en cours avec les syndicats des fonctionnaires sur un règlement à l’amiable concernant le « stress indu et les difficultés » causés par le controversé système de paie Phénix.

Des données rendues publiques par le Services publics et Approvisionnement Canada – le ministère qui supervise le système de paie – suggèrent que l’hémorragie semble être stoppée.

En date du 21 février dernier, il y avait 626 000 transactions qui étaient en attente d’approbation au centre des services de paie de Miramichi, au Nouveau-Brunswick.

Bien qu’il s’agisse d’une baisse par rapport aux quelque 633 000 cas recensés en janvier, cette diminution pourrait être de courte durée, a signalé le ministère.

« La diminution est encourageante », a-t-il déclaré.

« Mais avec le travail additionnel qu’il reste à faire quant aux paiements en trop et aux conventions collectives, un déclin continuel n’est pas attendu avant plus tard, ce printemps. »

Ajustements compliqués

Ces dernières données ont été dévoilées quelques jours après qu’Ottawa eut annoncé qu’il ne tenterait plus de recouvrer l’argent de trop payé à ses employés, jusqu’à ce que tous leurs problèmes soient réglés – mais seulement dans les cas où les travailleurs avaient reçu au moins trois bordereaux de paiements sans problème.

Le gouvernement expliquait les problèmes récents par des changements dans les conventions collectives, qui nécessitaient des ajustements compliqués et des paiements rétroactifs.

Depuis la mise en place du système de paie Phénix il y a deux ans, plus de la moitié des employés fédéraux ont éprouvé des problèmes de paie, certains étant trop peu ou pas du tout payés, d’autres étant trop rémunérés.

Dans son budget déposé le mois dernier, le gouvernement Trudeau a investi 16 millions $ sur deux ans pour trouver un remplacement au système de paie, mais ce changement pourrait se faire dans plusieurs années.

Entre-temps, les fonctionnaires devront continuer à composer avec les problèmes du système actuel.

Le budget a aussi ouvert la porte à verser une compensation aux fonctionnaires affectés.

La peur chaque jour

Les négociations entre le gouvernement et les syndicats « avancent » depuis ce temps, selon l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), qui n’a pas révélé le contenu des discussions, tout comme le secrétariat du Conseil du Trésor.

« Pendant deux ans, nos membres ont vécu la peur chaque jour de paie ; ils ont vu leurs vies chamboulées, et au travers de cela, ils ont continué à se rendre au travail et à fournir les services desquels dépendent les Canadiens », a déclaré la présidente nationale de l’AFPC, Robyn Benson.

« Une entente de dommages-intérêts ne réglera pas tout, mais c’est une partie importante d’un tout. »

L’ancien gouvernement conservateur prévoyait économiser 70 millions $ par année grâce à Phénix.