Depuis la mise en place du nouveau système de paie, il y a deux ans, des dizaines de milliers de fonctionnaires fédéraux n’ont pas reçu leur plein salaire, et certains n’ont parfois même rien reçu du tout.

Phénix: les syndicats demandent l’intercession du premier ministre

Les syndicats représentant plus de 225 000 employés fédéraux demandent l’intervention directe du premier ministre pour qu’il ordonne à son gouvernement de ne plus exiger des fonctionnaires qu’ils remboursent le montant brut des «trop-payés» du système Phénix.

D’autres, par contre, ont reçu plus que leur dû, et le gouvernement leur avait demandé de signaler ces erreurs avant la mi-janvier, sans quoi ils risquaient de devoir rembourser le montant brut de ces paiements versés en trop, plutôt que le montant net qui a effectivement été déposé dans leur compte.

Ce recouvrement pourrait atteindre dans certains cas des dizaines de milliers de dollars, même si Ottawa a promis de rembourser la différence à ces victimes de Phénix lorsqu’elles produiront leur déclaration de revenus.

Une quinzaine de syndicats de fonctionnaires, dont la puissante Alliance de la fonction publique du Canada, ont transmis vendredi une lettre ouverte au premier ministre Justin Trudeau pour lui demander d’intervenir personnellement.

Les syndicats demandent aussi qu’au-delà du simple remboursement de leurs dépenses personnelles, le gouvernement fédéral «indemnise pleinement les fonctionnaires pour toutes leurs difficultés, dont le stress indescriptible qu’ils ont subi et le temps qu’ils ont dû consacrer à essayer de se faire payer correctement».

Le cabinet du premier ministre n’a pas répondu directement à la lettre publiée vendredi matin. Une porte-parole de la ministre responsable, Carla Qualtrough, a indiqué que le ministère des Services publics et de l’Approvisionnement espérait toujours régler le plus grand nombre possible de «trop-payés» avant que les fonctionnaires ne remplissent leur déclaration de revenus pour 2017.

Jeudi soir, le ministère a rappelé aux fonctionnaires qu’ils pouvaient encore signaler des trop-payés, en les assurant qu’ils ne seraient pas tenus de rembourser des sommes qu’ils n’avaient pas effectivement reçues.

Des manifestations sont prévues le 28 février prochain pour «commémorer» le deuxième anniversaire de Phénix. Le système électronique de paie avait été choisi par le gouvernement conservateur de Stephen Harper pour réaliser des économies d’échelle qui devaient atteindre 70 millions $ par année. On estime maintenant que le système aura coûté près de 788 millions $ d’ici la fin de l’année financière, le 31 mars.