Le bénéfice de Pfizer a bondi à 12,27 milliards $ US au quatrième trimestre, grâce à un énorme gain attribuable à la réforme fiscale adoptée par le Congrès aux États-Unis le mois dernier.

Pfizer affiche un énorme profit grâce à la réforme fiscale américaine

Le bénéfice de Pfizer a bondi à 12,27 milliards $ US au quatrième trimestre, grâce à un énorme gain fiscal attribuable à la réforme fiscale adoptée par le Congrès aux États-Unis le mois dernier.

La plus grande société pharmaceutique américaine a fait état mardi d’un gain de 11,34 milliards $ US, essentiellement grâce à un nouveau calcul de son passif d’impôts futurs. 

Pfizer a aussi indiqué qu’il inscrirait à ses comptes une charge d’environ 15 milliards $ US, payable au Trésor américain dans les huit prochaines années, pour régler les impôts de profits détenus à l’étranger, que l’entreprise prévoit rapatrier aux États-Unis. La société new-yorkaise a indiqué que ces chiffres pourraient devoir être rajustés et n’a pas dévoilé combien d’argent elle comptait « rapatrier ». 

Mais elle a révisé sa prévision de bénéfice pour 2018 et elle calcule dorénavant engranger un profit d’entre 2,90 $ US et 3,00 $ US par action, plus élevé que celui des dernières années, à partir de revenus d’entre 53,5 milliards $ US et 55,5 milliards $ US. 

Le producteur du traitement contre le dysfonctionnement érectile Viagra et de l’antidouleur Lyrica a réalisé un bénéfice net par action de 2,02 $ US pour son quatrième trimestre. Un an plus tôt, ce profit s’était établi à 775 millions $ US, ou 13 cents US par action. 

Après ajustements pour exclure les éléments non récurrents et les activités non poursuivies, le bénéfice du quatrième trimestre s’est chiffré à 3,77 milliards $ US, soit 62 cents US par action.