Les voisins de l’usine de la société HEXO, à Gatineau, se plaignent des fortes odeurs qui se dégagent de la production de cannabis.

Odeurs de cannabis: HEXO Corp dit respecter les normes

La société HEXO Corp, qui fait l’objet de critiques à cause des odeurs qui s’échappent de ses serres de cannabis à Gatineau, soutient respecter toutes les normes en la matière et assure que des mesures d’atténuation sont place pour limiter les effluves causés par la production massive de la plante.

Un reportage de Radio-Canada paru mardi a mis en lumière l’exaspération de résidents voisins de l’usine d’HEXO Corp, à Masson-Angers, qui se plaignent des fortes odeurs de cannabis émanant des serres de l’entreprise situées sur le chemin du Quai.

« Nos serres sont situées en zone agricole et nos pratiques répondent à toutes les exigences réglementaires et agricoles en matière de réduction des odeurs. Ces pratiques comprennent des filtres de haute qualité dans chaque zone de serre, incluant des filtres au charbon ainsi que des méthodes fermées de biodigestion pour la destruction des matières végétales excédentaires », a fait savoir au Droit la porte-parole d’HEXO Corp, Caroline Milliard, par courriel, hier, ajoutant que l’entreprise « continue «’évaluer toutes les possibilités et les nouvelles technologies pour réduire davantage les odeurs et limiter leur impact sur le voisinage».

Mme Milliard précise que «les arômes de la plante fraîche ne causent aucun effet — ni psychoactif ni thérapeutique.» «Pour que les différentes composantes (THC, CBD, etc.) qui se retrouvent dans les plantes de cannabis soient activées, elles doivent être chauffées», souligne Mme Milliard, dans sa réponse écrite.

Rencontre citoyenne

Le conseiller municipal du secteur Masson-Angers, à la Ville de Gatineau, Marc Carrière, indique de son côté que «quelques plaintes» ont été déposées au 3-1-1 en lien avec le parfum de cannabis senti à proximité des installations de l’entreprise, ces derniers mois. L’échevin affirme néanmoins qu’il ne revient pas au milieu municipal d’encadrer «les odeurs lorsqu’on parle de production agricole», mais bien d’une responsabilité du gouvernement fédéral.

«Il ne faut pas oublier que c’est nouveau. Produire du cannabis de cette envergure, c’est du jamais vu. Je comprends très bien l’aspect des citoyens là-dedans et c’est malheureux, mais je sais qu’actuellement HEXO cherche des technologies meilleures pour ne pas déranger les voisins. HEXO est là pour rester. C’est un des plus grands producteurs de marijuana au Canada. C’est un citoyen corporatif exemplaire qui embauche 850 personnes et qui supporte des projets dans la communauté. Je pense qu’il faut s’asseoir tout le monde ensemble pour la suite des choses afin de voir ce qui peut être fait pour améliorer la situation», a-t-il mentionné, mardi.

M. Carrière dit avoir suggéré au producteur de tenir une rencontre citoyenne à ce sujet.

À cet égard, HEXO Corp confirme qu’une rencontre publique pour les résidents du secteur aura lieu dans les prochaines semaines. Les personnes présentes pourront rencontrer l’équipe de l’usine, poser des questions et avoir un aperçu des installations, nous a-t-on dit.

Depuis janvier, le fournisseur privilégié de la Société québécoise du cannabis opère 1,3 million de pieds carrés de serres à Masson-Angers.