Mitsubishi Eclipse Cross 2018

Nouveau départ pour la Mitsubishi Eclipse Cross 2018

Chez Mitsubishi, les nouveautés se bousculent. Les apparitions presque simultanées de l’Outlander PHEV et de l’Eclipse Cross donnent un coup de fouet à une gamme parcimonieusement entretenue. Elles confirment surtout le regain de jeunesse de cette marque aujourd’hui intégrée à l’Alliance Renault-Nissan.

L’histoire de Mitsubishi (100 ans déjà) est ponctuée de modèles audacieux, hors normes, parfois bizarroïdes. Certains donnèrent naissance à des voitures iconiques (Evo, Eclipse), d’autres à de vrais succès (Outlander, Lancer) et d’autres firent long feu (i-MiEV, Diamante). Que retiendrons-nous de l’Eclipse Cross? Qu’il s’agit sans doute de la dernière réalisation de Mitsubishi à titre de constructeur indépendant. En effet, il est utile de rappeler ici que ce constructeur japonais a basculé dans l’escarcelle de l’Alliance Renault-Nissan il y a tout juste un an. C’est donc dire qu’à l’avenir, les produits estampillés des trois diamants (logo de Mitsubishi) partageront leurs moteurs et leurs plateformes avec d’autres véhicules du groupe. Pour l’heure, ceux de Mitsubishi sont totalement distincts et indépendants puisque la conception de l’Eclipse Cross a débuté bien avant son intégration au conglomérat franco-nippon.

Mitsubishi Eclipse Cross 2018

Style décalé

Dessiné par Tsunehiro Kunimoto, père du Nissan Juke, l’Eclipse Cross relève — une première dans la catégorie des VUS compacts — le défi de mêler les gènes esthétiques d’un coupé et d’un utilitaire. L’exercice est plus complexe qu’il n’y paraît, comme en fait foi la partie arrière qui détone résolument. Très inclinée et dotée d’une seconde glace montée à la verticale, la lunette s’insère dans le style athlétique et presque brutal de cet utilitaire qui entend se démarquer de la masse. C’est plutôt réussi.

Dommage que l’habitacle n’ait pas fait preuve d’une audace comparable au style extérieur. Quoi qu’en disent ses créateurs, il manque d’imagination et se satisfait de matériaux de qualité moyenne, d’une ergonomie incertaine et d’un style passe-partout avec lequel la plupart des autres constructeurs japonais s’efforcent pourtant de rompre. Considérant que les stylistes partaient ici d’une feuille blanche, on s’étonne que l’écran central interactif soit aussi ténu (7 pouces) et si bêtement encastré dans le tableau de bord. Ledit écran se contrôle par l’entremise d’un pavé tactile qui n’est pas sans rappeler celui élaboré par Lexus. On regrettera aussi, considérant les tarifs pratiqués, que certains éléments de sécurité actifs, comme les capteurs d’angles morts, s’offrent seulement sur les déclinaisons les plus chères.

À l’arrière, la banquette permet de multiples ajustements. Les dossiers comportent plusieurs réglages, tandis que les assises coulissent sur 20 cm, permettant ainsi de moduler selon ses besoins le volume du coffre. Ce dernier, malheureusement, comporte un seuil de chargement trop élevé.

Mitsubishi Eclipse Cross 2018

Aucune prise de risque

Fort du crédit accumulé par Mitsubishi sur le marché du tout-terrain, l’Eclipse Cross vendu au Canada bénéficie, de série, du rouage intégral (quatre roues motrices). Baptisé S-AWC, ce dispositif comporte trois modes pour adapter ses performances en fonction des conditions du terrain et se trouve assorti d’un contrôle actif de lacet commandé par les freins.

Conçu sur la base technique de l’Outlander, l’Eclipse Cross masque difficilement l’âge de sa conception. Réputée fiable et robuste, cette architecture ne bénéficie pas, par exemple, des dernières avancées en matière de réduction de poids. Qu’à cela ne tienne, malgré sa masse, l’Eclipse Cross surprend agréablement le conducteur par sa maniabilité sur route comme lors des manœuvres de stationnement. Le soin avec lequel a été ajusté le tarage des suspensions, pourtant d’une facture très classique, se révèle judicieux. Souples juste comme il faut, ces éléments suspenseurs limitent correctement les mouvements de caisse et assurent un confort satisfaisant, mais ferme.

La pièce de résistance de ce modèle se trouve sous le capot. L’Eclipse Cross inaugure en effet une nouvelle famille de moteurs quatre-cylindres suralimentés. Dans le cas présent, il s’agit d’un 1,5 litre suralimenté par turbocompresseur dont la puissance n’a rien de véritablement exceptionnel. Soucieux de fiabilité, les motoristes de la marque ont ici joué d’une (trop) grande prudence, surtout considérant le poids du véhicule. Sans véritablement éprouver de peine à s’arracher de sa position statique, l’Eclipse Cross met beaucoup de temps (environ 10 s) pour atteindre les 100 km/h à la suite d’un départ arrêté. Outre le poids, il faut également montrer du doigt le comportement irritant de la boîte à variation continue (CVT), hélas la seule offerte sur ce véhicule. Nuançons un peu. En ville ou sur une voie rapide, son rendement n’est pas si détestable, même si l’impression que «le moteur pédale dans le beurre «demeure présente. Cependant, dès que la route se met à faire des zigzags ou que le rétrocontact (oui, le kickdown en bon franglais) est recherché, les huit rapports virtuels se questionnent à savoir lequel sera appelé en premier.

Hormis sa silhouette atypique, sa fiabilité présumée et sa garantie généreuse, l’Eclipse Cross peine à se démarquer. Tout en considérant certains équipements de série (rouage intégral, par exemple) par rapport à la concurrence, il demeure cher et pas aussi valorisant (présentation intérieure), ni plus agréable (ou moins) que ses concurrents.

+

LE POUR ET LE CONTRE

On aime

  • Style original
  • Comportement solide
  • Rouage intégral performant


On aime moins

  • Performances timides
  • Prix trop élevé
  • Boîte CVT decevante

CE QU'IL FAUT RETENIR

Mitsubishi Eclipse Cross 2018
  • Prix: de 27 798 $ à 35 998 $
  • Frais de transport et de préparation: 1700 $
  • Garantie de base: 60 mois ou 100 000 km
  • Moteur: L4 DACT 1,5 litre turbocompressé 
  • Puissance: 152 ch à 5500 tr/min
  • Couple: 184 lb-pi à 2000 tr/min
  • Poids: 1565 kg
  • Rapport poids/puissance: 10,29 kg/ch
  • Mode: intégral
  • Transmission de série: automatique à variation continue (CVT)
  • Transmission optionnelle: aucune
  • Diamètre de braquage: 10,6 m
  • Freins (av.-arr.): disque—disque
  • Pneus (av.-arr.): 225/55R18
  • Capacité du réservoir: 60 litres
  • Essence recommandée: ordinaire
  • Consommation réelle: 8,8 l/100 km
  • Capacité de remorquage maximale: 680 kg
  • Visible dans les concessions: mars
  • Concurrentes à surveiller: Nissan Qashqai, Toyota C-HR, Subaru Crosstrek
  • Pour en savoir plus: www.mitsubishi-motors.ca