Northern Pass: Eversource tente de relancer les audiences au New Hampshire

Le partenaire américain d'Hydro-Québec dans le projet transport Northern Pass entame ses démarches dans l'espoir de convaincre le New Hampshire de lui octroyer une autorisation névralgique à la construction de la ligne de transport d'électricité.

Dans une requête déposée mercredi, Eversource demande à la Commission d'examen du site au New Hampshire (NHSEC) de revenir sur sa décision de bloquer le Northern Pass et de reprendre les audiences rapidement.
Le temps presse puisque le Massachusetts a fixé au 27 mars l'échéancier pour trouver une solution dans le cadre de l'important contrat d'approvisionnement octroyé à Hydro-Québec et Eversource en janvier dernier.
En cas d'échec, cet État de la Nouvelle-Angleterre pourrait se tourner vers le New England Clean Energy Connect, un projet qui serait réalisé par la société d'État québécoise et la Central Maine Power, comme solution de rechange.
Des négociations conditionnelles peuvent se tenir en parallèle des pourparlers qui se poursuivent entre le Massachusetts et les promoteurs du Northern Pass.
Hydro-Québec misait sur le Northern Pass, qui devait coûter 680 millions $ pour la portion québécoise et 1,6 milliard $ US au sud de la frontière, pour acheminer au Massachusetts annuellement 9,45 térawattheures pendant 20 ans à compter de 2020. Cette entente pourrait permettre à la société d'État de générer des revenus estimés à 10 milliards $.
Aux États-Unis, la ligne de transport, qui doit contourner la région des montagnes Blanches, avait déjà obtenu des permis de la part du département de l'Énergie et du U.S. Forest Service. Elle se bute toutefois à la NHSEC.