Le député Alexandre Iraça est très heureux de voir l'autoroute 50 inscrite au Plan québécois des infrastructures.

Motion du PQ: «strictement politique et partisane», dit Iracà

Même s'il s'est dit scandalisé la semaine dernière par les hausses salariales colossales des hauts dirigeants de Bombardier, Alexandre Iracà aura néanmoins respecté la ligne de parti et voté avec ses collègues libéraux pour bloquer mercredi la motion de l'opposition officielle à l'Assemblée nationale demandant aux patrons de l'entreprise de renoncer à leurs importantes augmentations de rémunération pour 2016.
Le conseiller politique de M. Iracà, Michel Pilotte, a référé Le Droit à la page Facebook du député de Papineau afin d'avoir des explications à savoir pourquoi il a voté contre la motion du Parti québécois.
Sur Facebook, M. Iracà a qualifié de « strictement politique et partisane » la motion du PQ. 
Il a réitéré avoir été scandalisé après avoir appris les hausses salariales faramineuses des dirigeants de Bombardier, surtout que la compagnie venait de recevoir de l'aide d'Ottawa et Québec.
« Suite au tollé populaire et suite à l'intervention du premier ministre du Québec, la compagnie a décidé de faire marche arrière pour l'augmentation de la rémunération globale et de repousser les hausses en 2020 SI et SEULEMENT SI les objectifs de performance de rentabilité sont rencontrés », a expliqué M. Iracà concernant son rejet de la motion.
« Les dirigeants devront rentabiliser la compagnie dans laquelle les Québécois ont investi. Et si ces objectifs sont rencontrés, ce sera une excellente nouvelle pour tous les Québécois et pour les 66 000 employés qui y travaillent », a-t-il ajouté.