Plusieurs investisseurs continuent de voir les changements climatiques comme une contrainte, comme un frein au rendement, mais nous ne sommes pas d’accord, plaide Michael Sabia. La Caisse est l’un des plus grands investisseurs nord-­américains en énergie éolienne, solaire, et nous réalisons des rendements dans les deux chiffres».

Michael Sabia place le changement climatique au sommet des priorités d’affaires

MONTRÉAL — Même si le grand patron sortant de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), Michael Sabia, s’inquiète des inégalités montantes et du conflit qui oppose les États-Unis à la Chine, il estime que les gens d’affaires, comme l’ensemble des citoyens et organisations, doivent d’abord se préoccuper des changements climatiques.

Invité à la tribune du Cercle canadien, jeudi à Montréal, le président et chef de la direction de la Caisse a qualifié le différend commercial sino-américain, alimenté par le protectionnisme de «gouvernements populistes», de «conflit déterminant de notre époque».

Selon lui, la rivalité entre les deux grandes puissances dépasse largement le simple différend commercial et cache plutôt «un duel pour la suprématie technologique et pour le leadership géopolitique mondial qui a le potentiel de fracturer la planète». Insistant sur le caractère technologique de l’affrontement, Michael Sabia a averti que les conséquences seront majeures, notamment «sur le fonctionnement de nos téléphones cellulaires et l’accès ou non aux médias sociaux».

Par contre, il s’est attardé encore beaucoup plus longtemps sur les changements climatiques, qu’il estime être «le plus grand défi de notre temps». Bien que chaque époque ait ses défis, il a noté que celui-ci présente une «différence cruciale» en ce sens que les gouvernements, qui ont l’habitude d’offrir une réponse collective, «sont de moins en moins capables d’agir efficacement sur plusieurs questions urgentes parce que le monde bouge trop vite». Pire encore, «certains gouvernements populistes n’essaient même pas de le faire», a-t-il dénoncé.

Or, selon l’homme d’affaires, personne ne peut prendre congé face à cette réalité.

«Les problèmes aujourd’hui sont les problèmes de tout le monde. Nous devons tous contribuer à leur résolution; les entreprises, les universités, les OBNL, les citoyens et, oui bien sûr, les investisseurs et pas par noblesse, mais parce que c’est dans notre intérêt à tous.»

Du côté des investisseurs, ceux-ci doivent se tourner vers une croissance économique pérenne, ancrée dans la productivité de l’économie réelle et vers une «croissance durable qui ne va pas étouffer notre planète et une croissance inclusive pour que davantage de gens puissent partager les bénéfices du progrès économique».

Dans l’ADN de la Caisse

«Le monde a besoin d’investisseurs qui pensent au-delà de la prochaine journée, du prochain mois, du prochain trimestre, a-t-il martelé. Parce que les investisseurs commencent à comprendre quelque chose d’essentiel : que les rendements des années et décennies à venir seront solides seulement si les économies où nous investissons sont solides et [les économies] seront saines seulement si notre planète est en santé.»

Le pdg a souligné que les caisses de retraite comme la CDPQ, les compagnies d’assurance, les fonds souverains et autres investisseurs institutionnels à travers le monde ont plus de 80 000 milliards $ d’actifs sous gestion. «Ils peuvent changer la donne», a-t-il dit.

Il a pris sa propre institution comme exemple, expliquant qu’au cours de la dernière décennie, les gestionnaires s’étaient consacrés à rebâtir l’organisation avec comme nouvel impératif «d’investir notre capital de façon constructive».

Outre d’engager davantage la Caisse sur les marchés internationaux et de cibler des investissements constructifs et concrets, Michael Sabia affirme avec force que l’engagement envers le climat «fait maintenant partie de notre ADN».

«Plusieurs investisseurs continuent de voir les changements climatiques comme une contrainte, comme un frein au rendement, mais nous ne sommes pas d’accord. La Caisse est l’un des plus grands investisseurs nord-­américains en énergie éolienne, solaire, et nous réalisons des rendements dans les deux chiffres», a-t-il fait valoir.

«Nous avons activement réduit le nombre d’actifs à haute intensité carbone dans notre portefeuille. Nous réduisons actuellement nos investissements dans le pétrole et nous allons diminuer l’intensité carbone de notre portefeuille de 25 % d’ici 2025», a-t-il promis.

«En même temps, nous avons augmenté nos actifs sobres en carbone de plus de 50 %, donc plus de 10 milliards $, et nous allons continuer de les augmenter d’un autre 30 % d’ici la fin de l’année prochaine. Notre portefeuille sobre en carbone va donc surpasser les 35 milliards à la fin de 2020, parmi les plus grands portefeuilles de cette nature dans le monde.»