Le mouvement en faveur du salaire minimum à 15 $ de l’heure prend de l’ampleur, non seulement au Québec, mais aussi en Estrie.

Manif en faveur du salaire minimum à 15 $ de l’heure

Le mouvement en faveur du salaire minimum à 15 $ de l’heure prend de l’ampleur, non seulement au Québec, mais aussi en Estrie.

À deux jours de la grande marche prévue dimanche à Montréal, des membres du Conseil régional de la FTQ-Estrie ont profité de l’heure de pointe vendredi matin pour sensibiliser la population à la nécessité d’augmenter le salaire minimum, y compris pour les travailleurs non syndiqués.

La manifestation s’est tenue au coin des rues King et Jacques-Cartier où des centaines de tracts en faveur d’une hausse du salaire minimum ont été distribués aux automobilistes ainsi qu’aux passants.

À l’heure actuelle, plus d’un million de travailleurs et travailleuses gagneraient moins de 15 $ de l’heure au Québec. Dans ce groupe, plus de 60 % sont des femmes, 60 % ont plus de 25 ans et 23 % ont des enfants, selon une coalition formée de syndicats et des groupes sociaux.

Au Québec, le salaire minimum est actuellement de 11,25 $ et doit atteindre 12,45 $ en mai 2020.

Même si certains économistes et groupes patronaux mettent en garde le gouvernement contre une hausse trop rapide du salaire minimum, le porte-parole de la FTQ en Estrie, Ricky Lewis, estime que la conjoncture sociale et économique du Québec justifie une hausse à 15 $ de l’heure.

« Écoutez, lorsque l’économie va mal, on peut toujours comprendre. Sauf qu’actuellement, l’économie du Québec ne s’est jamais aussi bien portée depuis la grande récession de 2008. Le PIB (produit intérieur brut) est en hausse, le chômage est en baisse et le gouvernement du Québec nage dans les surplus budgétaires », indique M. Lewis.

« De plus, les sondages montrent que le niveau de confiance des entrepreneurs est en hausse, ajoute-t-il. À preuve, les entreprises ont recommencé à investir et elles prévoient continuer à investir en 2018… »

En outre, une hausse du salaire minimum à 15 $ de l’heure n’aurait pas pour effet « d’enrichir » les travailleurs, soutient M. Lewis. « Les gens vont tout au plus sortir la tête de l’eau », a-t-il soutenu.