Des élus de plusieurs municipalités de l’Outaouais demandent l’appui de toute la région afin de faire pression sur Desjardins.

L’Outaouais invitée à faire pression sur Desjardins

Les élus de Notre-Dame-de-la-Salette, Ripon et Plaisance demandent l’appui de la soixantaine de municipalités rurales de la région pour faire front commun afin d’éviter « la vague d’éliminations de guichets automatiques et de fermetures de points de services de Desjardins en Outaouais ».

Une résolution d’appui en ce sens vient d’être acheminée à l’ensemble des municipalités des quatre MRC de L’Outaouais. Les signataires du projet de résolution demandent notamment à ce que « le Mouvement Desjardins redevienne, comme par le passé, un important partenaire financier et bon citoyen corporatif pour toutes les petites localités du Québec ».

Une fois entérinées par les conseils municipaux concernés, les résolutions seront acheminées au président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, Guy Cormier, promet le maire de Notre-Dame-de-la-Salette, Denis Légaré, l’un des instigateurs de la démarche. Les requêtes seront aussi transmises aux députés provinciaux de la région, assure le premier magistrat.

« Ce qu’on veut faire, c’est informer les villages de ce qui s’en vient. Desjardins est entré par le sud-est de l’Outaouais et s’apprête à un faire un grand ménage dans ses guichets automatiques et ses points de services. L’Outaouais doit se mettre ensemble pour éviter que le Mouvement Desjardins achève nos petites municipalités rurales qui essaient de se battre contre la dévitalisation. On ne peut pas nous enlever nos services financiers comme ça », peste M. Légaré.

Cette tentative de mobilisation régionale fait suite aux récentes annonces de fermetures de points de services de la coopérative dans certaines localités de l’Outaouais. Ripon a perdu son guichet automatique en date du 11 janvier. Des sociétaires mécontents ont toutefois réussi à forcer la Caisse Desjardins de la Petite-Nation à tenir une assemblée générale extraordinaire (AGE) sur le sujet, laquelle doit avoir lieu au début avril.

Quant à Plaisance et Notre-Dame-de-la-Salette, ces deux villages perdront leurs services Desjardins en août prochain. Une pétition similaire à celle qui a été lancée en janvier à Ripon afin d’obliger la caisse à tenir une AGE sur la réouverture du guichet du village circule depuis quelques jours dans ces deux municipalités. Déjà un peu plus de 150 membres de la caisse concernée avaient signé le document, vendredi, affirme le maire Légaré. Celui-ci soutient qu’au moins 460 sociétaires, soit 2 % des membres de ladite caisse, devront noircir la pétition avant que l’institution soit obligée de tenir une assemblée générale extraordinaire en vertu de la Loi sur les coopératives de services financiers.