« En calculant tous les coûts perdus en achetant une maison, on peut comparer des pommes avec des pommes. [...] Voici un “exemple de coûts comparatifs pour la location versus l’achat d’une maison de 200 000 $ avec mise de fonds de 40 000 $ (estimation simplifiée et arrondie à titre d’exemple seulement)” » qui a été créé par Sébastien Desjardins.

Louer ou acheter une propriété?

Outre l’argent qui est dépensé mensuellement pour se loger, plusieurs questions se posent lorsqu’il est temps de décider s’il est préférable de louer ou d’acheter une propriété. Épargner pour ses vieux jours et avoir une belle qualité de vie sont des éléments primordiaux.

« Une donnée qui est difficilement prise en compte dans un calcul, c’est la qualité de vie, analyse Marc-Étienne Salvail, associé à la succursale de Sherbrooke pour Aurrea Signature. Si quelqu’un travaille tout le temps, n’est jamais à la maison et a de la difficulté à s’occuper d’un chien, il n’a pas le temps d’avoir une propriété, de tondre sa pelouse la fin de semaine, de préparer l’hiver et de vider les gouttières. Il est peut-être mieux avec un logement. »

Cependant, le contraire est tout aussi vrai. « Si quelqu’un veut une qualité de vie avec un patio, un terrain, une piscine, qui a deux enfants et qui veut sortir son chien derrière sans déranger, on voit au-delà du volet financier. Combien ça vaut, en réalité ? 200 $ par mois ? 300 ? » demande le planificateur financier. 

« Le mois dernier, une dame voulait absolument acheter, raconte-t-il. Elle voulait mettre la mise de fonds, mais en vérité, elle avait des dettes. De venir se mettre le fardeau d’une maison, ça ne venait pas l’avantager. Elle venait d’un loyer qu’elle payait environ 650 $. On lui a dressé un bon budget, un bon plan d’épargne. Je lui ai dit de rouler une année et l’an prochain elle sera plus légère lorsqu’elle magasinera. » 

« Si on va à l’opposé, il y en a qui disent attendre d’avoir les reins solides, mais sont rendus à 50 000 $ dans leur compte. Les années passent, mais ils peuvent s’acheter quelque chose qui a du bon sens selon un budget qui a du bon sens. Ils hésitent et ne deviennent jamais propriétaires », explique M. Salvail, ajoutant que ce type de clients n’est pas malheureux pour autant.

La retraite

Peu importe son âge, un facteur à ne jamais oublier avant d’acheter une propriété est d’économiser pour la retraite, rappelle Sébastien Desjardins, planificateur financier pour GCF Pro, un cabinet de sécurité financière indépendant. Les gens profitant d’un fonds de pension ne prévoiront peut-être pas autant d’argent pour sa vieillesse qu’une personne qui n’en a pas.

« Quelqu’un qui n’a pas de fonds de pension, qui n’épargne pas pour sa retraite et qui met tout sur sa maison, rendu à 65 ans, sa maison est payée, mais il n’a pas de liquidité. Il n’a pas d’autre épargne. J’ai vu des gens devoir vendre leur maison pour avoir du capital pour vivre. Ils ont été obligés d’aller vivre dans un plus petit loyer », témoigne-t-il, ajoutant que ce facteur est souvent oublié.

De plus, il faut « comparer des pommes avec des pommes », pense M. Desjardins. « Par exemple, un loyer à 1000 $, tu sais exactement combien il te coûte. Pour ta maison, tu dois calculer l’intérêt sur ton hypothèque. Les gens pensent au paiement, mais il y a une partie remboursement et une partie intérêt. Le remboursement n’est pas une dépense, car tu as une valeur de maison qui reste. L’intérêt est une dépense, car tu ne le récupères jamais. C’est comme payer un loyer sur ton prêt », explique Sébastien Desjardins. 

Une statistique souvent oubliée est la perte de rendement. Un investissement dans un REER rapportera souvent plus qu’un investissement dans une maison unifamiliale. Par exemple, si le taux de rendement est supérieur dans un placement par rapport à une maison, le locataire est avantagé. « Si on a donné une mise de fonds de 40 000 $ pour une maison de 200 000 $, la perte de rendement nous coûte 167 $ par mois. Aller en loyer nous coûte 1000 $, tandis que la maison nous coûte 1067 $. Ça va peut-être coûter 1500 $, mais ce sont 1067 $ qu’on a perdu complètement tous les mois », explique-t-il, ajoutant que le locataire doit être discipliné dans son épargne. D’ailleurs, acheter une maison peut être de l’épargne forcée, « mais ce n’est pas la meilleure décision », pense le planificateur financier.

Donc la location est moins chère ? « Pas nécessairement. Si tu es à loyer dans un château, ça va te coûter plus cher que d’acheter une petite maison. Si tu achètes une petite maison versus un petit loyer, là tu vas pouvoir comparer », résume-t-il.