Loto-Québec a payé 315 148 $ pour une loge louée au Centre Bell pour la saison 2017-2018.

Loto-Québec quitte sa loge du Centre Bell

MONTRÉAL — Le Centre Bell s’apprête à voir Loto-Québec quitter l’une de ses loges puisque la société d’État a décidé de ne pas renouveler un de ses contrats lorsqu’il viendra à échéance, le 31 août 2019.

Elle emboîte ainsi le pas à la Société des alcools du Québec, Hydro-Québec, la Caisse de dépôt et placement du Québec ainsi qu’Investissement Québec, qui ont décidé de ne plus louer de loges de manière permanente dans le but d’assister aux matches du Canadien de Montréal et d’autres événements, comme des concerts.

Loto-Québec a confirmé ses intentions dans le cadre d’une réponse à une demande d’accès à l’information qui a récemment été publiée sur son site web. « La société a procédé à une analyse pour déterminer si, en fonction des objectifs visés, il y avait lieu de prolonger ce contrat, a-t-elle expliqué dans sa réponse. Par la suite, la décision a été prise de ne pas renouveler le contrat de la loge au Centre Bell. »

Pour 2017-2018, Loto-Québec a assumé une facture de 315 148 $ pour cette loge qu’elle loue depuis 1996, par rapport à 308 577 $ lors de l’année précédente. Ce contrat s’échelonnait sur sept ans.

La société d’État a expliqué que cette loge était surtout utilisée pour son réseau de distribution de loteries, qui relevait du « secteur privé », soit les détaillants, ajoutant que l’objectif était d’utiliser la loge « aux fins de concours ou de promotions des ventes ».

« (Loto-Québec) est en concurrence pour la promotion de ses produits avec d’autres entreprises qui utilisent ce même réseau », souligne-t-elle dans sa réponse.

Encore présente

Depuis 2003, la Société des casinos du Québec, une filiale de Loto-Québec, loue également une loge pour ses principaux clients, qui, par leurs dépenses de jeux, « couvrent indirectement » les frais de location.

Cette entente, qui se termine le 31 août 2021, sera également réévaluée dans l’année précédant l’échéance.

C’est à la fin des années 2000 que les sociétés d’État ont commencé à ne plus louer de loges au Centre Bell. Hydro-Québec avait décidé de résilier son entente le 3 novembre 2009. La dernière décision du genre avait été prise par Investissement Québec lors de la saison 2014-2015.

Marie-Soleil Tremblay, professeure à l’École nationale d’administration publique, a estimé qu’il s’agissait d’une pratique de moins en moins courante au sein de l’appareil public.

« Par exemple, lorsqu’un cabinet d’avocats amène des clients, c’est une façon de tisser des liens, a-t-elle expliqué au cours d’un entretien téléphonique. Une société d’État est souvent un monopole. On pourrait quand même se dire qu’il est important de les voir développer des relations avec des fournisseurs, mais elles sont dans une situation de monopole. »

Quand les sociétés d’État ont-elles cessé la location d’une loge au Centre Bell ?

• Hydro-Québec : à la fin de la saison 2009-2010

• Caisse de dépôt et placement du Québec : 2011-2012

• Société des alcools du Québec : 2011-2012

• Investissement Québec : 2014-2015

• Loto-Québec : 2018-2019

+

PROFITS ET REVENUS EN HAUSSE POUR LOTO-QUÉBEC AU 2E TRIMESTRE

MONTRÉAL — Loto-Québec a affiché une croissance de ses revenus et profits au deuxième trimestre, période au cours de laquelle les recettes ont progressé dans ses trois principaux secteurs d’activité.

Pour la période de 91 jours terminée le 24 septembre, la société d’État a généré un résultat global de 361, 8 millions $, en hausse de 2,36 % par rapport à la même période il y a un an, a-t-elle indiqué lundi.

De leur côté, les produits ont atteint 707,4 millions $, alors qu’ils avaient été de 687 millions $ pendant le deuxième trimestre de 2017. La progression la plus marquée a été observée du côté des loteries, qui ont généré des recettes de 222,6 millions $, en hausse de 8,9 %.

Les casinos et établissements de jeu ont affiché des revenus respectifs de 240,2 millions $ et 251,5 millions $. Dans les deux cas, la progression a toutefois été inférieure à un pour cent par rapport au deuxième trimestre en 2017.

À mi-parcours de l’exercice financier, Loto-Québec a généré un résultat net de 721,6 millions $, en hausse de 6,3 %comparativement à la même période l’an dernier. Les revenus se chiffrent à 1,4 milliard $, ce qui constitue une hausse de 4,6 %.