Loto-Québec a déjà modernisé plusieurs kiosques installés dans les centres commerciaux, comme aux Promenades Beauport. La prochaine phase de renouvellement annonce cependant des kiosques un peu différents.

Loto-Québec mise sur les kiosques

Tandis que le commerce de détail se cherche un nouveau souffle face aux mastodontes du Web, Loto-Québec complète le remplacement de ses 108 kiosques de vente en centre commercial par des étals au goût du jour. Et prévoit même étendre ce réseau de points de vente corporatifs.

«Les kiosques sont un réseau très important pour Loto-Québec», nous écrit un conseiller senior en affaires publiques et en relations de presse, Renaud Dugas. «Ils sont opérés par des OBNL et nous désirons le maintenir en place. Nous sommes conscients des défis à relever et nous souhaitons dynamiser notre réseau des kiosques de vente de loteries.»

M. Dugas n’a pas voulu dévoiler l’évolution des gains réalisés dans ces échoppes: «Nous ne communiquons pas les ventes des kiosques de façon isolée puisqu’elles sont de nature confidentielle.»

Déficits

Dans un entretien printanier avec La Presse canadienne, le directeur corporatif des affaires publiques, des relations de presse et des médias sociaux, Patrice Lavoie, convenait toutefois que la plupart sont déficitaires. Voici ce que soulignait l’article: «Au cours du dernier exercice financier, 100 kiosques avaient reçu un soutien financier afin de couvrir leurs pertes, qui peuvent varier entre “quelques centaines” et “quelques milliers de dollars”, selon le porte-parole de la société d’État. Au premier trimestre de l’exercice 2016-2017, 92 points de vente ont ainsi bénéficié d’un coup de pouce financier.»

Pourquoi les conserver alors? Parce que les ventes sont très bonnes; 5 fois plus que la moyenne des revenus de loteries écoulées par les 8500 dépanneurs et épiciers du réseau. Mais les coûts d’exploitation seraient trop élevés; dossier auquel s’attaque Loto-Québec.

Voilà déjà plusieurs années que la société d’État planche sur la modernisation de ses comptoirs. Une firme a été embauchée en 2009 pour développer le concept et ériger des prototypes. Puis en 2014, Loto-Québec a déniché un fournisseur capable de fabriquer-livrer-installer quelque 111 «kiosques permanents de loteries situés dans différents centres commerciaux de l’ensemble du territoire québécois», dixit les documents d’appel d’offres.

Au fil du temps, le total a cependant été fixé à 108 pièces. Mais le contrat arrive à terme et le projet n’est pas complété. L’entreprise étatique vient donc de publier un nouvel appel d’offres pour la production des quelques kiosques manquants. «Il en reste 8 sur 108 à changer à l’heure actuelle», note Renaud Dugas. 

40 de plus

Sauf que l’appel d’offres est plus ambitieux. Un premier lot de 25 unités sera commandé. Deux autres totalisant une quinzaine d’étals de plus suivront en 2018. L’installation progressive du tout est prévue au cours de l’exercice financier terminant le 31 mars 2019. «Loto-Québec est toujours ouverte à accroître le nombre de kiosques», explique M. Dugas. «Cette marge de manœuvre pourra […] nous permettre de saisir les opportunités éventuelles dans les centres commerciaux où un kiosque était opéré auparavant [par exemple, fermé en raison de rénovation] ou dans de nouveaux centres commerciaux.»

Pour nous permettre de visualiser le changement, M. Dugas nous a envoyés aux Promenades Beauport (voir la photo ci-dessus).

Les croquis fournis avec le plus récent appel d’offres annoncent cependant un nouveau modèle. Loto-Québec semble avoir décidé d’occuper moins de pieds carrés. Et d’épurer l’apparence de ses kiosques. Les futurs points de vente auront des dimensions de 2,5 mètres (8 pieds) par 1,5 mètre (5 pieds). Ils seront lumineux, comportant notamment un écran géant et de l’éclairage abondant.