Le groupe doit adapter son approche pour tenir compte des innovations et des nouveaux modèles d’affaires dans la vente de titres de créance et de capitaux.

L’OCRCVM s’intéressera à la surveillance des nouveaux modèles d’affaires

TORONTO - Le groupe de réglementation des courtiers en placement du Canada a dévoilé lundi ses priorités pour l’an prochain, qui visent notamment les services offerts au moyen de la technologie de la chaîne de blocs et à la surveillance lui permettant de détecter les activités suspectes sur les marchés.

En outre, l’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) a indiqué qu’il voulait examiner d’autres formes possibles de mesures disciplinaires pour avoir plus de souplesse et pouvoir recourir rapidement à des interventions, publier une note d’orientation supplémentaire sur les conflits liés à la rémunération et aider les courtiers à faire une autoévaluation en cybersécurité.

Selon le chef de la direction de l’OCRCVM, Andrew Kriegler, le groupe doit adapter son approche pour tenir compte des innovations et des nouveaux modèles d’affaires dans la vente de titres de créance et de capitaux.

Le nouveau système de surveillance aura recours à des fonctions d’analytique sophistiquées et permettra de suivre et d’étudier l’ensemble des actifs et des courtiers, afin de détecter plus facilement les activités suspectes.

Le travail de l’OCRCVM sur la chaîne de blocs comprend une consultation du secteur au sujet de l’évolution des conseils d’investissement et la préparation en vue d’une réglementation des services de l’industrie.

L’OCRCVM est l’organisation nationale d’autoréglementation qui supervise les courtiers en placement et leurs activités sur les marchés canadiens des titres de créance et de capitaux.