Lobe a été créée en 2002 par Martin Cousineau à Sainte-Marie et à Saint-Georges, en Beauce.

Lobe vise une expansion au Québec... et en France

EXCLUSIF / L’entreprise spécialisée en santé auditive et communication Lobe voit grand avec l’ouverture de 70 cliniques d’ici 2025 au Québec. À terme, le réseau devrait compter un total de 120 cliniques, dont 80 supercliniques et 40 cliniques de proximité. S’ajoutera également une expansion en Europe avec l’ouverture d’une succursale à Paris.

Créée en 2002 par Martin Cousineau à Sainte-Marie et à Saint-Georges, en Beauce, Lobe a connu une croissance fulgurante à partir de 2006 avec l’ouverture de nombreuses cliniques partout au Québec. 

L’objectif de son fondateur était de rassembler sous un même toit tous les professionnels de l’audition et de la communication et permettre une meilleure accessibilité aux soins à la population. «En 2002, 10 % de la population vivait avec une perte auditive, mais seulement 20 % de ces personnes étaient diagnostiquées ou traitées. Il y avait vraiment un manque d’information et les délais étaient longs avant de pouvoir rencontrer un professionnel», explique M. Cousineau. 

On retrouve dans les cliniques des médecins ORL, des audioprothésistes, des audiologistes, des orthophonistes, des éducatrices spécialisées, des infirmières en santé auditive et un réseau d’infirmières. Plus de 300 personnes travaillent chez Lobe et avec les nouvelles ouvertures. 

Avec le vieillissement de la population et la pollution sonore grandissante, les besoins n’ont cessé d’augmenter au fil des années et 17 ans plus tard, Lobe doit faire face à un véritable «tsunami de demandes, en particulier en région». 

Pas que les aînés

Et contrairement à la croyance populaire, il n’y a pas que les personnes âgées qui ont des problèmes auditifs. Les enfants peuvent avoir des problèmes de langage. «On va faire examiner les yeux, les dents, mais on oublie les oreilles. De plus en plus, il y a des efforts qui sont mis à sensibiliser pour expliquer que les troubles ne sont pas toujours dus à un TDAH, mais peut-être à un problème d’audition», insiste M. Cousineau. 

Chez l’adulte, l’exposition au bruit, que ce soit au travail, dans un concert ou en écoutant de la musique trop forte avec son casque audio a également des conséquences de plus en plus graves. Le problème est à prendre au sérieux, selon le fondateur de Lobe, et il faut commencer dès le plus jeune âge. 

«Dans les écoles, on a déjà fait une sensibilisation pour permettre aux élèves de voir l’intensité à laquelle ils écoutaient la musique. L’intensité est beaucoup trop forte», raconte-t-il. «Si on fait une écoute tous les jours à une intensité aussi élevée, à la fin ça se traduit par un problème auditif», poursuit-il.

Sur le vieux continent

Parallèlement à son expansion au Québec, Lobe prépare son arrivée en Europe et espère ouvrir une clinique à Paris d’ici cinq ans. 

«On veut faire des échanges entre les deux continents sur la santé auditive. On veut permettre à des Québécois de faire des stages en milieu européen et l’inverse. Il y a beaucoup de ressemblance avec la France sur la santé», confie M. Cousineau. À travers cette percée sur le Vieux Continent, Lobe espère également attirer des professionnels français au Québec pour combler des besoins de main-d’œuvre. «En France, il y a 3600 audioprothésistes alors qu’au Québec, on est juste 400», mentionne-t-il.

À long terme, Lobe pourrait ouvrir d’autres succursales en France et au Canada. Dans la région de Québec, Lobe a ouvert une nouvelle clinique à Sainte-Anne-de-Beaupré fin 2018 et prévoit en ouvrir entre autres une à l’Enfant-Jésus et une à Donnacona en 2019.