124 millions de personnes vivent actuellement dans des situations d’insécurité alimentaires, qui nécessitent pour leur survie une aide humanitaire d’urgence, détaillent ces organisations.

L’intelligence artificielle pour prévenir des famines

WASHINGTON — Microsoft, Amazon et Google ont décidé de s’associer aux organisations internationales pour prévenir le risque des famines dans le monde en utilisant l’intelligence artificielle, selon une initiative dévoilée dimanche.

Plutôt que de s’attaquer à la famine une fois qu’elle a fait de nombreuses victimes, les géants des hautes technologies «utiliseront le pouvoir des données» afin d’analyser, anticiper les situations à risque et passer à l’action avant qu’elles ne dégénèrent en une véritable crise humanitaire, expliquent la Banque mondiale et les Nations unies dans un communiqué.

En 2017, plus de 20 millions de personnes du nord-est du Nigeria, de la Somalie, du Soudan du Sud et du Yémen ont été confrontées soit à la famine, soit à des situations de quasi famine en raison d’une série de facteurs combinés: conflits, pauvreté, désastres climatiques et prix alimentaires.

En outre, 124 millions de personnes vivent actuellement dans des situations d’insécurité alimentaires, qui nécessitent pour leur survie une aide humanitaire d’urgence, détaillent ces organisations.

«Le fait que des millions de gens, dont de nombreux enfants, souffrent encore de malnutrition sévère et de famine au 21e siècle est une tragédie mondiale», a réagi le président de la Banque mondiale Jim Yong Kim dans le communiqué. «Nous sommes en train de former une coalition mondiale inédite pour dire +ça suffit+», a-t-il ajouté.

Le mécanisme d’action contre la famine (FAM, selon l’acronyme anglais) fournira les premiers signaux d’alerte identifiant les crises alimentaires qui pourraient muer en véritables famines. Ceci permettra de déclencher des programmes de financement destinés à une intervention rapide.

«Si nous pouvons prédire quand et où les famines vont se produire, nous pourrons sauver des vies en répondant plus tôt et plus efficacement», a réagi Brad Smith, le président de Microsoft.

Google, Microsoft et Amazon Web Services ainsi que d’autres entreprises de technologies vont fournir leur expertise pour développer une série de modèles analytiques baptisés «Artemis» qui utilisent l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique pour faire des prévisions en temps réel sur l’aggravation des crises alimentaires.

«L’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique sont très prometteurs pour détecter des pénuries alimentaires liées aux défaillances de cultures, à la sécheresse, aux désastres naturels et aux conflits», a expliqué M. Smith.

L’apprentissage automatique («machine learning») est une méthode utilisée en intelligence artificielle, qui à partir d’algorithmes, examine un ensemble de données pour analyser finement de nouvelles situations.

Le FAM sera initialement lancé avec un petit groupe de pays vulnérables avant d’être étendu au monde entier. Les dirigeants dédiés à ce projet se rassembleront le 13 octobre lors des réunions de la Banque mondiale et du FMI en Indonésie pour discuter de sa mise en oeuvre.