Les producteurs canadiens d’aluminium et d’acier exhortent le gouvernement fédéral à demeurer ferme dans ses négociations avec les États-Unis, et à ne pas se laisser influencer par les plus récentes tactiques du président américain Donald Trump.

L'industrie des métaux demande à Ottawa de rester ferme

CALGARY - Les producteurs canadiens d’aluminium et d’acier exhortent le gouvernement fédéral à demeurer ferme dans ses négociations avec les États-Unis, et à ne pas se laisser influencer par les plus récentes tactiques du président américain Donald Trump.

Dans un message relayé lundi sur Twitter, M. Trump a affirmé que les tarifs proposés sur les importations d’acier et d’aluminium en provenance du Canada pourraient être levés si une nouvelle version de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) était signée.

Le chef de la direction de l’Association de l’aluminium du Canada, Jean Simard, a affirmé mardi qu’après avoir vu le message du président Trump, il avait indiqué au gouvernement fédéral que l’industrie ne s’attendait pas à devoir faire des concessions en regard de cette dernière menace, et qu’elle s’attendait à ce qu’Ottawa reste ferme dans ses positions. «Je ne vois pas pourquoi le Canada devrait compromettre ses positions de négociation à la table de l’ALÉNA pour des questions de tarifs douaniers.»

Selon M. Simard, seuls les entreprises et les politiciens américains - et non les gouvernements étrangers - pourront faire changer d’avis M. Trump, en lui exposant les conséquences néfastes pour l’économie américaine qui pourraient découler de sa décision de ne pas exempter le Canada de tarifs de 25 pour cent sur l’acier et de 10 pour cent sur l’aluminium.

La situation est complexe et inédite, a-t-il ajouté, puisque l’industrie canadienne de l’aluminium n’a jamais été exposée à de tels tarifs par le passé.

Le gouvernement fédéral a déclaré dans un communiqué que le premier ministre Justin Trudeau avait parlé avec M. Trump lundi soir pour lui faire connaître sa crainte au sujet des tarifs proposés et faire valoir qu’ils ne contribueraient pas à conclure une nouvelle version de l’ALÉNA.

Mesures «appropriées mais fermes»

De passage mardi à Vancouver pour «vendre son budget», le ministre des Finances, Bill Morneau, a répété que le Canada devrait être exempté des tarifs douaniers, compte tenu des liens étroits qui unissent les deux pays. Il a soutenu que «si la situation l’exige», le Canada adoptera des mesures «appropriées mais fermes».

Interrogé sur les risques d’une guerre commerciale avec les États-Unis, M. Morneau a indiqué que son gouvernement privilégie l’approche mesurée, et plaidera que de tels tarifs douaniers ne profitent à personne.

Selon un rapport de l’organisme de recherche «Harbor Aluminum Intelligence Unit», les tarifs douaniers sur les importations d’aluminium permettraient de maintenir 1900 emplois dans les alumineries américaines, mais feraient perdre au moins 23 000 emplois dans le secteur manufacturier aux États-Unis, et pourraient coûter jusqu’à 45 milliards $ US.

Le président de l’Association canadienne des producteurs d’acier, Joseph Galimberti, rappelle de son côté que cette industrie privilégie l’approche concertée à la table de négociations de l’ALÉNA, tout en essayant d’éviter les tarifs douaniers annoncés. «Cette approche ne changera pas maintenant», a-t-il indiqué mardi.

Ken Neumann, directeur national du Syndicat des métallos, croit que le Canada devrait tout faire pour maintenir ces deux dossiers séparés. Et si Washington met à exécution sa menace de tarifs douaniers, le Canada devrait être prêt à répliquer, selon lui. «On ne peut pas les laisser nous intimider sans rien faire. À un moment donné, il faut défendre le commerce équitable et faire ce qui est juste.»

En fin de journée, mardi, le plus haut conseiller économique du président Trump, Gary Cohn, a annoncé sa démission après une dispute sur le commerce.

M. Cohn, directeur du Conseil économique national (NEC), était le principal détracteur à l’interne du projet de M. Trump d’imposer des tarifs sur les importations d’acier et d’aluminium. Il a tenté d’orchestrer un effort de dernière minute pour que le président change de cap, mais M. Trump a réitéré mardi qu’il imposerait des tarifs douaniers au cours des prochains jours.