Les ventes de logements ont reculé le mois dernier, au Canada.

Les ventes de logements au Canada ont reculé en mars par rapport à l’an dernier

Les ventes de logements ont reculé le mois dernier, au Canada, pour atteindre leur plus faible niveau pour un mois de mars depuis 2013, a indiqué lundi l’Association canadienne de l’immeuble (ACI).

Selon l’association, les ventes réalisées par l’entremise du service interagences (SIA, aussi connu sous l’acronyme anglais MLS) ont diminué de 4,6 pour cent par rapport à l’an dernier. Le prix moyen de vente à l’échelle du pays a aussi reculé.

Les ventes en Colombie-Britannique, en Alberta et en Saskatchewan étaient inférieures de plus de 20 pour cent à leur moyenne des dix dernières années pour un mois de mars, tandis que celles réalisées au Québec et au Nouveau-Brunswick étaient bien au-dessus de ces moyennes.

Sur une base mensuelle, les ventes de maisons ont grimpé de 0,9 pour cent en mars par rapport au mois de février.

L’économiste en chef de la Banque de Montréal, Doug Porter, a estimé que les résultats étaient «un peu décevants» et qu’ils confortaient l’opinion voulant que le marché de l’habitation soit toujours en période d’adaptation à la suite des nombreuses modifications apportées aux politiques de ce marché au cours des dernières années.

«L’activité canadienne en matière de logement reste, au mieux, terne», a écrit M. Porter dans un bref rapport.

Toutefois, il a noté que le fossé régional était large et que les données fondamentales semblaient devenir un peu plus favorables pour l’année à venir.

«Nous continuons à soutenir que les prix, les ventes et les mises en chantier devraient rester généralement stables à l’échelle nationale en 2019, malgré les mouvements des nombreuses pièces du marché», a-t-il affirmé.

Le prix de vente moyen à l’échelle du pays a diminué de 1,8 pour cent sur une base annuelle, à 481 745 $.

En excluant les régions du Grand Toronto et du Grand Vancouver, deux des marchés les plus dispendieux du pays, le prix moyen était juste en deçà de 383 000 $.

Le nombre de maisons nouvellement inscrites à la vente a augmenté de 2,1 pour cent en mars, tandis que les nouvelles offres ont augmenté dans environ les deux tiers de tous les marchés locaux.

Les nouvelles inscriptions ayant progressé davantage que les ventes, le ratio national des ventes aux nouvelles inscriptions a diminué pour s’établir à 54,2 pour cent, contre 54,9 pour cent en février.

À l’échelle nationale, il faudrait 5,6 mois pour écouler toutes les maisons inscrites à la vente à la fin du mois de mars, ce qui est conforme à la lecture de février et représente l’un des niveaux les plus élevés en plus de trois ans pour cette mesure.