Aux États-Unis, le cannabis reste illégal au niveau fédéral, mais le climat politique se réchauffe.

Les sociétés américaines du cannabis sont plus populaires sur la CSE

TORONTO — Les sociétés américaines du cannabis ont mobilisé 1,5 milliard $ à la Bourse des valeurs canadiennes (CSE) au cours des 10 premiers mois de l’année, surpassant pour la première fois leurs homologues canadiennes.

Les données de la Bourse alternative, de plus petite taille, montrent que l’activité de financement des sociétés de marijuana des États-Unis, de janvier à octobre, a surpassé le milliard de dollars collecté par les émetteurs établis au Canada pendant la même période.

Selon le chef de la direction de la CSE, Richard Carleton, l’attention des investisseurs se détournait de l’industrie canadienne, bien capitalisée, pour se tourner vers les États-Unis, où «la véritable activité reste à venir».

Au sud de la frontière, le cannabis reste illégal au niveau fédéral, mais le climat politique se réchauffe.

Les entreprises de cannabis ont afflué vers la CSE en raison de ses règles de réglementation moins strictes que celles de la Bourse de Toronto, et les inscriptions liées à la marijuana représentaient 70 % des activités de financement de 3,6 milliards $ des dix premiers mois de 2018.

La CSE a conclu 212 accords avec l’industrie du cannabis et mobilisé 2,5 milliards $ de janvier à octobre cette année, comparativement à 156 contrats et 691 millions $ collectés pour l’ensemble de 2017.