Le déficit commercial du Canada a plus que doublé en novembre.

Les prix du pétrole plombent le déficit commercial du Canada

Le déficit commercial du Canada a plus que doublé en novembre, la valeur des exportations ayant chuté avec les prix du pétrole brut.

Le déficit commercial du pays s’est chiffré à 2,1 milliards $ en novembre, comparativement à 851 millions $ en octobre, a indiqué mardi Statistique Canada.

Les économistes s’attendaient à un déficit de 1,95 milliard $, selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters Eikon.

« Comme prévu, l’affaiblissement des prix de l’énergie au pays, qui a abouti à une réduction de la production, a contribué à faire baisser les exportations de pétrole brut en novembre », a observé dans un rapport Fotios Raptis, économiste principal à la Banque TD.

Les exportations totales ont diminué de 2,9 % pour atteindre 48,3 milliards $ en novembre, ce qui représente une quatrième baisse mensuelle consécutive. Les exportations ont diminué dans huit des onze sections étudiées par l’agence fédérale.

Les exportations de produits énergétiques ont diminué de 9,2 % pour atteindre 8,4 milliards $ en novembre, les exportations de pétrole brut ayant chuté de 17,7 % en raison de la baisse des prix. En excluant les produits énergétiques, les exportations ont diminué de 1,4 %.

Importations

Entre-temps, les importations totales ont diminué de 0,5 % pour atteindre 50,4 milliards $ en novembre, dans sept des onze catégories de produits.

Les importations de véhicules automobiles et de leurs pièces ont diminué de 2,8 % pour s’établir à 8,9 milliards $, tandis que les importations de minerais et de minéraux non métalliques ont diminué de 18,6 % pour s’établir à 1,1 milliard $.

Stephen Brown, économiste principal chez Capital Economics pour le Canada, a fait remarquer que les volumes d’exportation non énergétiques s’étaient avérés décevants.

Les volumes d’exportation ont diminué de 1,8 % en novembre, tandis que les volumes d’importation ont diminué de 0,3 %.

« Dans l’état actuel des choses, les échanges nets sont en bonne voie d’avoir contribué de manière neutre à la croissance du produit intérieur brut (PIB) au dernier trimestre », a écrit M. Brown dans un rapport.

« Avec le ralentissement des indicateurs des enquêtes économiques mondiales et américaines au cours des derniers mois, la croissance du volume des exportations non énergétiques devrait ralentir cette année. »
Les données commerciales précédaient l’annonce de la Banque du Canada sur les taux d’intérêt, mercredi matin.

La banque centrale devrait maintenir son taux directeur inchangé lorsqu’elle rendra publique sa décision et mettra à jour ses perspectives pour l’économie dans son Rapport sur la politique monétaire.